.
.

Le triomphe de la vérité

.

Reconnu coupable de diffamation contre le Chef de l’Etat: Me Lionel Agbo dénonce une condamnation politique et s’enfuit


Vues : 4

L’ancien conseiller spécial du Chef de l’Etat, Me Lionel Agbo est en cavale depuis le mercredi 23 janvier dernier. En effet, depuis sa condamnation à la peine de six (06) mois d’emprisonnement ferme et la délivrance d’un mandat de dépôt à son encontre pour des propos diffamatoires tenus lors de sa conférence de presse du 23 septembre 2011, l’avocat au barreau est introuvable des services de sécurité chargés de l’exécution du mandat d’amener délivré en vue de sa détention à la prison civile de Cotonou.

Cette situation inédite conduit les forces de sécurité à se livrer à une véritable chasse à l’homme à travers Cotonou et environs où des habitations privées ont déjà reçu la visite des policiers. Il en est, par exemple, ainsi de l’oncle de Me Agbo, l’ancien ministre Richard Sènou qui se serait cependant fermement opposé à la perquisition de son domicile soupçonné de pouvoir servir de refuge au fugitif. Pour nombre d’observateurs, des signes avant-coureurs laissaient cependant présager d’une telle issue.

Et pour cause, si pour ces derniers, Me Lionel Agbo s’est illustré par son assiduité lors des différentes audiences y compris celle qui a abouti à sa condamnation, il ne s’est pas privé de protester vigoureusement contre le verdict prononcé par le juge Ulrich Gilbert Togbonon qu’il qualifie de « condamnation politique ». Aussi, en réussissant à tromper la vigilance des forces de l’ordre présentes dans les environs de la salle d’audience pour prendre la fuite, Me Lionel Agbo a mis en exécution son plan de ne pas courber l’échine dans le bras de fer avec Boni Yayi. Y compris à résister aux décisions judicaires.

Cette attitude n’a cependant pas manqué de susciter des interrogations voire de l’étonnement au sein de l’opinion publique. Il en est ainsi car, dès l’entame de sa confrontation judiciaire avec Boni Yayi, Me Lionel Agbo a affiché haut et fort sa disponibilité à aller jusqu’au bout du processus en se soumettant au verdict final du juge. C’est donc au regard de cet engagement que la fuite annoncée de l’avocat, pourtant présent au tribunal quelques minutes avant le prononcé du verdict, laisse pantois nombre d’observateurs qui voyaient à travers le recours à la Cour d’Appel pour le réexamen du verdict, une voie de sortie honorable pour l’avocat en fuite.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page