.
.

Le triomphe de la vérité

.

Poursuite de l’examen de la proposition corrective de la Lépi à l’hémicycle: Les députés toujours divisés sur la composition du COS


Vues : 2

La composition des membres devant siéger au niveau du Conseil d’Orientation et de Supervision du processus de la correction de la Liste Electorale Permanente Informatisée continue de diviser les députés. C’est du moins ce qu’on a remarqué au cours de la séance plénière d’hier jeudi 27 décembre 2012.Chacun est resté ferme sur sa position. Et il a d’abord fallu une fois encore le leadership du président de l’institution pour le retour au calme au sein de l’hémicycle.

Le début de consensus constaté entre les députés de la mouvance et leurs collègues de l’oppositionautour de la correction de la Lépi lors de la séance plénière du lundi 24 décembre semble s’étioler. Très tôt au début de la plénière d’hier, la bataille a repris et de plus bel. En effet, le président de l’Assemblée nationale, le professeur Mathurin Nago a instruit les représentants des deux camps qui s’opposent de faire le compte rendu de leur concertation sur la composition de l’organe devant piloter le processus de la correction de la Lépi.

Ainsi, Antoine Kolawolé Idji et Djibril Débourou ont restitué à peu près le même rapport. Pour l’honorable Débourou Djibril, porte parole de la mouvance parlementaire, les deux parties ont pu se voir par deux fois depuis jeudi 20 décembre 2012 pour accorder les violons quant à la composition du Conseil d’orientation et de supervision (COS) qui selon l’article 6 de la proposition de loi est constitué de 11 membres à raison de 9 députés désignés par le parlement en plus du directeur général de l’INSAE ainsi que du directeur de l’état civil.

Prenant la parole, le porte parole de l’opposition parlementaire, le président Antoine Idji Kolawolé a remercié la mouvance parlementaire pour sa volonté de faire des concessions. Seulement, il regrette le fait que la mouvance compte sur le nombre pour agir. Pour lui, il s’agit de tenir compte d’un principe qui est la parité. Dans un organe comme le COS, on n’est pas obligé de tenir compte du nombre mais il faut prioriser la parité. L’honorable Sabi Moussa a estimé que l’opposition exige la parité parce qu’elle projette bloquer le processus de correction de la Lépi comme c’est le cas de la CPS/Lépi au moment de l’établissement de la Lépi.

Pour l’honorable André Okounlola, l’opposition fait de la diversion. Plus loin, il affirme que la mouvance est partie de la proposition faite en fonction des groupes parlementaires pour concéder 5 postes à la mouvance en tenant compte des 5 groupes parlementaires mais a donné 4 postes à l’opposition à raison de 2 postes par groupes parlementaires. Pour lui, l’opposition insiste parce que les trois forces politiques représentatives de l’Union fait la nation (UN) auront du mal à gérer les 02 postes destinés à leur groupe parlementaire. In fine, chacun est resté campé sur sa position, l’opposition qui réclame la parité au sein du COS et la mouvance qui s’y oppose.

Remonté, l’honorable Sacca Lafia, vice-président de la commission des lois, sans qui les travaux ne peuvent pas continuer, a exprimé son indignation et a même voulu claquer la porte de l’hémicycle. Le président de l’institution parlementaire a dû intervenir pour qu’il revienne sur sa décision. Dans l’impossibilité de concilier les deux positions, le président Nago a été obligé de suspendre la séance aux fins de s’entretenir avec les leaders. Il est nécessaire de signaler que selon les comptes – rendus qu’ils ont présentés, cinq députés de la majorité parlementaire siègeront dans ledit conseil contre quatre de l’opposition.

Reprise des travaux aprèsenviron quatre- vingt dix minutes de suspension

Du retour dans l’hémicycle, les représentants du peuple semble retrouver cette fois –ci le chemin d’or pouvant favoriser le bon déroulement des travaux. Le président Mathurin Nago a expliqué qu’au cours de son tête- à- tête avec les protagonistes, il a été remarqué la volonté de faire asseoir le dialogue autour de la question. De même, il a indiqué que les députés de l’opposition ont reconnu les efforts consentis par ceux du camp d’en face. Cependant, ils ont souhaité que ces derniers murissent plus ces efforts en acceptant leur requête.

Après la présentation du rapport de son entretien avec les deux camps, le président Nago a de nouveau lancé le débat général. C’est ainsi, que le vice-président de la commission des lois et son rapporteur ont repris leur mission. Les députés ont donc poursuivi les travaux avec l’examen de la proposition de loi titre par titre. Pour l’instant deux titres ont été adoptés, les titres premier et deux. Au niveau du titre premier, le résultat du vote est de 66 pour, 8 contre et une abstention.

Il s’agit en effet du titre qui contient l’article 6 qui parle de la composition du COS. L’opposition étant toujours pour la parité au sein dudit organe a dû voter contre ce titre. Quant au titre 2, il a été adopté avec 67 voix pour, 0 contre et une abstention.Il est important de signaler que les travaux ont été à nouveau suspendus et reprendront ce jour après le message du Chef de l’Etat sur l’Etat de la nation.

Hugues E. PATINVOH

 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page