.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration de l’ancien ministre Modeste Tihounté Kérékou:« Issa Salifou n’est pas venu dans la Mouvance en contrepartie de quelque chose »


Vues : 1

L’adhésion du président de l’Union pour la Relève (UPR), Issa Salifou était hier au cœur des échanges dans l’émission « Zone Franche » de Canal 3. Invité à cette occasion, l’ancien ministre Modeste Kérékou perçoit la décision du député comme l’aboutissement de nombreuses démarches.

Le soutien de l’honorable Issa Salifou à Boni Yayi vise-t-il à protéger des intérêts économiques? « Issa Salifou n’est pas venu dans la Mouvance en contrepartie de quelque chose». C’est la précision qu’apporte l’ancien ministre et membre de l’Union pour la Relève au sujet du ralliement de l’honorable Issa Salifou au camp présidentiel.

A en croire les explications de Modeste Kérékou, la décision du leader de l’UPR de mettre fin à plusieurs années d’opposition au régime de Boni Yayi est l’aboutissement de nombreuses tractations destinées à favoriser son adhésion à la mouvance présidentielle. Ainsi, loin d’être liée à des intérêts égoïstes, la décision de l’honorable Saley apparaît à ses yeux comme la victoire du courant acquis à la cause de Boni Yayi au sein de l’UPR au détriment de celui qui a longtemps été majoritaire pour maintenir le président du parti dans les liens de l’opposition.

Aussi, perçoit-il à travers la polémique suscitée par cette décision, une manœuvre des détracteurs de l’homme d’affaires tapis dans l’entourage du Chef de l’Etat et craignant de perdre leur influence en raison de l’important poids politique du leader de l’UPR. Cela est d’autant plus vrai à ses yeux que, estime-t-il, « le Chef de l’Etat regrettait que Issa Salifou ne soit pas avec lui. Il le tient en estime ».

C’est pourquoi, balayant d’un revers de la main les arguments avancés par les détracteurs du président de l’UPR, il conclut que « l’arrivée de Issa Salifou a désemparé certains dans le camp présidentiel ». Se félicitant de voir l’UPR répondre favorablement aux attentes de ses militants à la base en adhérant à la famille politique de Boni Yayi, Modeste Kérékou veut rassurer le Chef de l’Etat de la disponibilité de l’UPR à œuvrer à ses côtés pour le succès de son second quinquennat.

Quel regard sur l’affaire Pascal Todjinou ? Pour Modeste Kérékou, le débat autour de l’arrestation du secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB), Pascal Todjinou est, à bien des égards, sans enjeu. « Cette affaire pose le problème de ce que nous voulons nous-mêmes », estime-t-il.

Car, selon l’ancien ministre, l’arrestation du leader syndical fait suite à une infraction pénale prévue par les lois en vigueur. Dès lors, elle doit être conduite par la justice et donner lieu aux sanctions prévues à cet effet. Aussi, s’étonne-t-il de l’avalanche de réactions suscitées par l’interpellation de Pascal Todjinou avant de souhaiter que «la rigueur et la même célérité soit appliquée à chacun et à tous ».

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page