.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration du chef service technique et directeur de l’entreprise Omnitec-Afric en charge de la construction du port sec de Parakou:« Le financement est bouclé, les travaux évoluent normalement et le port sec de Parakou sera opérationnel dès 2014 »


Vues : 1

Le port sec de Parakou a été dimanche au centre de l’émission ‘’Débats actuels’’ de Golf Tv avec trois invités, en l’occurrence Lazare Gnonlonfin, Dafia Séro et Gilbert Ahodi. Ils ont, pendant plus d’une heure d’horloge, éclairé sur l’évolution des activités d’aménagement et de construction de cette infrastructure portuaire et indiqué qu’il sera fonctionnel dès le début de l’année 2014.

Port sec de Parakou, ou en sommes-nous ? C’est le thème autour duquel a été mené le débat de ce dimanche. L’expert en aménagement d’espace portuaire, Lazare Gnonlonfin et deux ingénieurs civil, Dafia Séro et Gilbert Ahodi, respectivement chef service technique et directeur de l’entreprise Omnitec-Afric en charge des travaux, ont renseigné sur le niveau réel d’évolution du chantier.

En réalité, le projet de construction d’un port sec à Parakou lancé depuis plusieurs années et dont la vocation est de desservir les pays de l’hinterland et faire rayonner la ville de Parakou, s’épanouit. « Le financement est bouclé, les travaux évoluent normalement et la vie nait petit à petit autour du chantier », a laissé entendre le directeur de l’entreprise Omnitec-Afric. Parlant du déblocage des fonds, les invités ont certifié que les entreprises n’en souffrent pas.

Car, une fois la facture déposée le matin, les fonds sont disponibles déjà le soir. Un geste louable qui enchante d’ailleurs les entreprises qui travaillent sur le terrain. Ceci étant, toutes les dispositions sont prises pour que les travaux aillent jusqu’au bout de la façon la plus cohérente, a affirmé le responsable de l’entreprise Omnitec-Afric. Pour ce qui est de l’opération de terrassement, Dafia Séro explique que c’est l’étape la plus difficile dans la construction d’un port sec. Alors, l’appel d’offre est en cours et ces travaux vont également commencer dans les jours à venir, a-t-il poursuivi.

 Certes, on peut déjà affirmer que le début de l’an 2014 est prometteur pour la mise en service de ce joyau, a précisé Gilbert Ahodi. L’aménagement de l’espace pourrait s’accompagner, a-t-il avoué, de risques d’inondations des populations riveraines. Mais, l’expert a brandi le plan qui indique clairement les dispositions en cours pour maitriser les eaux de ruissellement afin d’éviter les inondations.

Le chemin de fer, un grand atout pour le port sec de Parakou

La question des chemins de fer a également été abordée par les invités. A ce niveau, il était question pour le directeur d’Omnitec-Afric d’implorer la diligence des autorités gouvernementales du Bénin et du Niger afin que les rails parviennent non seulement au port sec de Parakou mais également puissent atteindre le Niger afin de faciliter les mouvements.

Certes, les invités n’ont pas caché leur enchantement. Car, selon eux, les négociations sont en cours à ce niveau. ‘’La vie nait autour du site. Mais, il faudrait que chacun joue sa partition afin que la zone puisse en fin de compte présenter l’aspect d’une ville moderne’’. Et pour cela, il est prévu dans le plan, des voies 40 autour du port sec pour faciliter également la circulation.

Le stationnement des camions, les opérations de change et autres, ont été prises en compte pour éviter l’engorgement du port dès sa mise en activité, ont-ils affirmé. Les populations de Parakou sont invitées à faciliter l’intégration de tous les acteurs, car ce port sec a une vocation non seulement nationale mais aussi sous régionale.

Yannick SOMALON (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page