.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réaction de Lionel Agbo après Azannai sur les dossiers brûlants de l’actualité:Un autre mouvancier condamne les propos de Yayi et le « folklore » des marches de soutien


Vues : 14

L’ancien conseiller technique du Président de la République, Me Lionel Agbo

L’ancien conseiller technique du président de la république, Me Lionel Agbo a rompu le silence ce mardi 18 septembre à l’occasion d’une conférence au Codiam de Cotonou. Une sortie médiatique qui n’a rien laissé au passage quant aux dossiers Pvi, redressement fiscal, dialogue politique ou révision de la constitution. Le « mouvancier » bon teint a mis en garde les « hommes pourris du Palais » qui vont vouloir empêcher le départ du président Boni Yayi en 2016.

Doté d’une imagination fertile en phase avec la politique, Me Lionel Agbo est sorti de son silence qui a duré plus d’un an. Cette sortie est, selon lui, intervenue suite à l’interview du président de l’Assemblée nationale après sa rencontre avec les présidents d’institutions. Il estime que tous, sauf le président Nago, n’ont le droit de cautionner ni de soutenir les propos incendiaires du président de la république lors du débat du 1er août dernier.

En réalité, le professeur Mathurin Nago aurait dit que ce sont les médias qui ont inventé des choses que le président n’a pas dit dans son intervention. « Cela m’a choqué et je me suis dit que c’est le moment de venir mettre en garde ces cadres de la majorité présidentielle plurielle qui cherchent des boucs émissaires partout et qui se refusent d’aller dans le bon sens avec les réalités du pays. Ainsi, du dossier Pvi avec le contrat de Bénin Control, l’avocat estime que la réaction du chef de l’Etat est restée sur les dénonciations.

Ce qui, selon lui, devrait aboutir à des sanctions pénales à l’endroit de ceux qui ont élaboré et signé ledit contrat. Il a poursuivi dans un exposé sur le redressement fiscal infligé à Cajaf-Comon et accusé les cadres de l’administration des finances qui ont fait preuve de lassitude. Me Lionel Agbo est revenu sur les faits estimant que la société Cajaf-Comon est en règle et n’a fait que respecter l’accord signé entre le Bénin et le Nigéria en 2009 concernant l’exportation des produits congelés.

Ce qui lui a permis de demander le remboursement de la Tva sur trois ans qui s’élève à 13 milliards de franc Cfa. Il conclut son exposé sur ce sujet en affirmant que ce problème, loin d’être fiscal, est une guerre de personne de la part de certains membres du gouvernement contre le Pdg de Cajaf Comon.

Me Lionel Agbo encourage l’opposition et condamne le folklore des marches de soutien

Dans son intervention, l’ancien locataire de l’Autorité transitoire de régulation des postes et télécommunication a également fait cas de ces nombreuses marches de soutien à l’endroit du Chef de l’Etat après son débat du premier août. Il estime que tout ce que Boni Yayi a dit n’est pas faux mais qu’il y a certains propos qui sont sortis de sa bouche sous l’effet de la colère.

Il serait mieux de le dire ainsi, car, selon lui, un chef d’Etat chargé de la Défense nationale ne peut prétendre mettre aux prises les populations du nord et celles du sud. Certes, pour une démocratie qui peine à se consolider, le « mouvancier » encourage l’opposition à continuer de contredire les actions du gouvernement. Il pense que sans une opposition forte, la démocratie n’a pas de valeur et par conséquent, il a invité le jeune Lucien Mèdjico à présenter ses excuses à tous les Béninois opposants qu’il a insultés et traités de tous les maux dans ce pays.

Me Lionel Agbo dit être parmi les fondateurs de l’Umpp et affirme qu’il y a des taupes dans ce groupe qui est en train de trahir ses objectifs : ceux d’accompagner le président Boni Yayi à mieux accomplir sa mission. Il pense qu’il y a trop d’injustes dans ce groupe qui soutient aveuglément et selon leur intérêt.

Il dit non à une révision opportuniste

« Quiconque voudra changer les fondamentaux de notre Constitution nous aura au dos ». C’est en ces termes que Me Lionel Agbo a prévenu les détracteurs qui ne veulent pas que le président Boni Yayi honore son engagement de quitter le pouvoir en 2016. « En tout cas, il est un homme intelligent qui ne fait rien au hasard et moi j’ai confiance en lui car il l’a dit même devant le Pape qu’il va partir en 2016 ».

Certes, « nous savons bien qu’il y a un petit groupe qui s’est enrichi au palais de la présidence et qui va planifier une révision opportuniste et susciter des marches dans toutes les communes pour demander au président de rester parce qu’ils ont peur de rendre compte.

Contre ces derniers, le conférencier a dit tout son engagement à lutter afin que l’alternance au pouvoir soit une réalité. Il a, pour finir, invité la jeunesse à suivre les hommes dignes qui ont fait leur preuve dans le passé et qui sont capables d’apporter un plus à ce pays.

Yannick SOMALON (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Réaction de Lionel Agbo après Azannai sur les dossiers brûlants de l’actualité:Un autre mouvancier condamne les propos de Yayi et le « folklore » des marches de soutien

  1. azag

    REPONSE DE JOSEPH TAMEGNON A Me LIONEL AGBO
    « La Présidence de la République est une institution, nous devons la respecter »
    Joseph Tamegnon, conseiller technique à l’économie du président de la république était hier sur la télévision nationale pour fustiger les déclarations faites par Me Lionel Agbo lors de sa conférence de presse au Codiam. Il l’a invité à cesser de vilipender la Présidence qui est une institution qu’il faut respecter.
    « La présidence de la république est une institution et pour le développement du Bénin, nous avons une institution forte et donc il faut arrêter de vilipender la nôtre » C’est en ces termes que Joseph Tamegnon a commencé par s’exprimer pour répondre à Me Lionel Agbo.
    Il a fait remarquer que, bon an mal an , le chef de l’état travaille à mettre sur place une bonne gouvernance qui ne laisse aucune place à la corruption et à l’anarchie. Pour Joseph Tamegnon, il n’y a pas de conseillers corrompus au Palais de la République, « S’il en a il faut le dénoncer et le chef de l’état prendra ses reponsabilités » a-t-il ajouté.
    Au sujet de l’affaire du port sec de Tori, Joseph Tamegnon a indiqué qu’il y a plusieurs non dits dans le dossier. Il a relevé qu’il n’y a pas d’engagement de la part de l’état béninois et que ce dernier ne peut se porter garant dans un investissement privé.
    En conclusion, Joseph Tamegnon a signalé qu’il faut travailler à sauvegarder l’image de nos institutions dont celle de la Présidence de la République dans tous les débats. Il invite Maître Lionel Agbo à apporter la preuve au sujet des conseillers corrompus au Palais de la République. Par rapport au dossier HEMOS, il informe que le chef de l’état a pris ses responsabilités administrativement. Pour finir, il invite tous les béninois à soutenir les reformes engagées par le chef de l’état au port et au niveau de la filière Coton.
    Rodolphe Houégbèlo/ Le Devoir d’Informer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page