.
.

Le triomphe de la vérité

.

En réponse aux déclarations incendiaires du Chef de l’Etat, le 1er août: Le Front Sursaut Patriotique réclame une nouvelle conférence nationale


Vues : 1

Soutenu par l’Union fait la nation (UN), le front Sursaut patriotique a donné sa position sur les récents propos du Chef de l’Etat lors de la commémoration du 52ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté nationale. L’occasion a été saisie par les conférenciers pour tirer à boulets rouges sur la gestion de l’actuel régime en souhaitant la mise en place d’un régime transitoire gage d’une fin de crise.

La dernière sortie médiatique du Chef de l’Etat face aux journalistes continue de susciter des réactions. Après l’opérateur économique Sébastien Ajavon vendredi dernier et le Prd ce lundi, c’est le tour du Front Sursaut Patriotique. Hier mardi au Chant d’Oiseau, en présence de quelques membres de l’Union fait la nation, Lazare Sèhouéto et Idji Kolawolé, Janvier Yahouédéhou et ses pairs ont exprimé leur indignation suite à ce qu’ils appellent « propos incendiaires » du Chef de l’Etat le 1er août dernier.

Pour eux, ce sont des propos qui ne garantissent pas la quiétude nationale et qu’il faudra obligatoirement combattre. Car, selon le Front, « plusieurs éléments de cet entretien suscitent des inquiétudes ». Ainsi pour mieux se faire comprendre, « Sursaut patriotique » s’est préoccupé, dans sa déclaration, de deux aspects. Il s’agit notamment de l’économie et de la politique.

« Yayi, 1er responsable de la mal gouvernance »

Sur la question relative à l’économie nationale, le conférencier Janvier Yahouédéhou a été très précis. Le Chef de l’Etat serait le premier coupable et comptable de la mauvaise gestion de l’économie nationale. Entre autres éléments justificatifs de ses allégations, le Front estime que c’est sous le régime de Yayi que « des gants ont été achetés à 90.000 Fcfa et des imperméables à 400.000 Fcfa, de même que les scandales de la CEN-SAD, ICC-Services, matériels agricoles, renvoi des opérateurs économiques béninois, la mauvaise gestion du port autonome de Cotonou qui a chuté en activités, la perte de performances de la culture du coton malgré les multiples descentes du Chef de l’Etat ».

Mieux, pour le conférencier, le partenariat public-privé, moteur de développement, a connu un essor plus important avec les anciens chefs d’Etat qu’avec l’actuel et le PVI qui a pourtant démarré est aujourd’hui voué à l’échec. Au regard donc de tous ces éléments d’échecs, le conférencier se demande ce que l’actuel régime a pu créer de propre et qui peut réellement porter son nom à part les éléphants blancs et les scandales. Par ailleurs, le Front dénonce la violation par le Chef de l’Etat lors de sa sortie, de l’article 41 de la constitution béninoise. Pour lui, Boni Yayi n’est pas à son premier essai dans ce « manquement » à l’endroit de la constitution.

Car, selon Janvier Yahouédéou, à plusieurs reprises le premier paragraphe de l’article 2 de la constitution a été outragé. A en croire les propos des membres du Front, l’intégrisme s’installe progressivement et dangereusement au Bénin à une allure dangereuse. En tout état de cause, les membres de « Sursaut patriotique » crient à la mauvaise gestion de la république. Pour ce faire, ils réclament de vive voix l’organisation d’une conférence nationale avec la mise en place d’un régime transitoire afin de sortir le pays de la crise qu’il traverse.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page