.
.

Le triomphe de la vérité

.

Ravage du sida dans l’Atlantique-Littoral:Le Préfet s’inquiète face aux statistiques alarmantes


Vues : 0

Le Préfet des Départements de l’Atlantique et du Littoral, Placide Azandé

La situation est actuellement très grave. Les résultats des dépistages organisés entre 2011 et 2012 par le Programme national de lutte contre le sida (Pnls II) inquiètent et interpellent les uns et les autres. Mis au courant des dernières statistiques sur le mal, le préfet des départements de l’Atlantique et du Littoral Placide Azandé, cherche des voies et moyens afin de venir à bout de ce mal qui ravage la jeunesse.

A Cotonou, entre 2011 et 2012, sur 5575 personnes dépistées, 99 cas positifs ont été dénombrés, soit 1,77%. A Abomey-Calavi, sur 4631 personnes dépistées, 63 ont le sida, soit 1,36%. Dans la commune de Sô-Ava, 1592 personnes ont été dépistées. 10 personnes ont le sida dans cette localité, soit 0,62%.

A Zê, les résultats sont effrayants : 2167 personnes dépistées, 47 cas positifs détectés, soit 2,16%. Dans la cité historique d’Adjahouto, à Allada, sur 2808 personnes dépistées, le mal du siècle se retrouve chez 41 personnes, soit 1,46%. A Tori-Bossito, 2023 personnes ont été dépistées entre 2011 et 2012. 33 cas positifs ont été dénombrés, soit 1,63%. A Kpomassè, le nombre de personnes dépistées est de 1906; 31 cas positifs détectés, soit 1,62%. Enfin à Ouidah, 668 personnes ont été dépistées; 15 cas positifs enregistrés, soit 2,24%.

Ces chiffres sont réels et s’alourdissent de jour en jour. L’annonce a été faite la semaine écoulée au cours de la réunion du Comité départemental de lutte contre le sida. A cette occasion, les résultats des activités de lutte contre le sida dans les communes ont été présentés de même que la contribution des communes à ces différentes activités. On retient essentiellement de ce décryptage, que le taux de prévalence du sida dans les deux départements est le plus élevé au plan national.

La danse communément appelée «Wolosso» et la tontine de sexes sont les deux principales causes de cette situation car 26% des cas détectés se trouvent chez les travailleuses de sexes. Ce tableau très sombre inquiète le Préfet des Départements de l’Atlantique et du Littoral, Placide Azandé qui a donné des instructions très fermes à qui de droit aux fins de renforcer la sensibilisation sur le terrain et surtout de décourager les pratiques et comportements qui favorisent l’enracinement du mal dans sa circonscription administrative. Une rencontre aura bientôt lieu entre la Préfecture de Cotonou, la police nationale (le commissaire de la brigade des mœurs) et les autorités sanitaires départementales afin d’étudier dans sa profondeur la question du VIH Sida.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page