.
.

Le triomphe de la vérité

.

Albert Tévoèdjré, Médiateur de la République:« Je déplore que la garde à vue de Patrice Talon ait pris l’allure d’une humiliation »


Vues : 2

Les conditions de détention au Bénin désolent le Médiateur de la République, Albert Tévoèdjré. C’est ce qui ressort de ses propos hier, dimanche 29 avril 2012, au cours de l’émission « Zone Franche » de Canal 3.

Quelles sont les raisons de l’engagement du Médiateur en faveur de l’amélioration de la vie carcérale au Bénin ? La situation des prisonniers dans les maisons d’arrêt du Bénin est alarmante. Cette situation favorisée par une surpopulation carcérale, se traduit par la violation quotidienne des droits les plus élémentaires des prisonniers. C’est fort de ce constat que, expliquera-t-il, Albert Tévoèdjré s’est résolu à prendre son bâton de pèlerin pour attirer l’attention sur cette situation qui freine le développement du pays et déclarer que « la culture de la méchanceté et de l’humiliation doit cesser».

Ainsi, rappelant que le Bénin se classe 5ème sur le continent africain pour le taux de ses détenues préventifs et 1er pour le taux de femmes détenus dans ses prisons, Albert Tévoèdjré perçoit à travers son engagement, non pas une initiative pour solder des comptes, mais à l’instar de son ami Monseigneur Isidore de Souza, une occasion d’œuvrer à ne plus faire des prisons des espaces plus favorables à la délinquance mais plutôt des maisons de correction des personnes en conflit avec les lois.

C’est pourquoi, le Médiateur de la République se réjouit de l’adhésion du Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi et du Président de la Cour suprême, Ousmane Batoko dont des descentes sont prévues dans els prochaines semaines dans nombre de maisons de détention du pays, à son message.

C’est dans ce même élan que, se prononçant sur l’actualité nationale, le Médiateur de la République s’indigne des conditions de détention dans les commissariats de police du Bénin. A cet effet, l’arrestation de l’homme d’affaires, Patrice Talon n’a pas été passée sous silence par Albert Tévoèdjré. « Je déplore que la garde à vue de Patrice Talon ait pris l’allure d’une humiliation », explique-t-ils avant d’inviter à faire de la promotion des droits de la personne humaine un devoir sacré pour tous les béninois.

Quel regard sur le projet de révision de la constitution ? Albert Tévoèdjré se réjouit de la décision du Chef de l’Etat de retirer le projet de loi à polémique relatif à la révision de la Constitution du 11 décembre 1990. Pour l’ancien ministre et observateur averti de la scène politique depuis les premières heures du Bénin, la vague de réactions hostiles suscitées par le projet de révision se justifie par les termes et la méthode employés pour la porter à la connaissance de l’opinion publique.

Réitérant sa conviction que le Chef de l’Etat n’envisage nullement procéder à une révision opportuniste de la loi fondamentale pour rempiler après 2016, le « renard de Djrègbé » estime nécessaire d’œuvrer à susciter une adhésion populaire autour de ce processus qu’il juge indispensable dans la marche du Bénin vers son développement. Aussi, préconise t-il à cette fin un recours au référendum qui est doté, selon lui, d’une grande capacité à générer une vraie adhésion des populations ».

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page