.
.

Le triomphe de la vérité

.

Supposé décaissement de 12 milliards de Francs Cfa du trésor public:La Fesyntra-Finances dément l’opprobre jeté sur les financiers


Vues : 1

Le limogeage de la Ministre de l’économie et des finances (Mef) et du Directeur général du trésor et de la comptabilité publique (Dgtcp) le 10 avril dernier continue de faire couler d’encre et de salive. La Fédération syndicale des travailleurs du ministère des finances (Fesyntra-Finances) dit ne pas avoir encore tous les éléments mais balaie d’un revers de la main tous les arguments qui courent les rédactions. A cet effet, elle confie que la subvention accordée aux cotonculteurs se fait depuis 11 ans.

Sur l’opération de décaissement des 12 milliards de francs Cfa, elle estime que c’est une opération de trésorerie qui n’aurait même pas besoin de l’intervention d’un conseil des ministres, d’un ministre des finances et moins d’un directeur général du trésor public. Mais que le Receveur général des finances est capable de le faire au plan technique. Dans cette affaire que la Fesyntra-Finances considère comme une accusation gratuite, elle dément et rassure l’opinion publique de l’information selon laquelle, « le trésor public n’a jamais décaissé 12 milliards de francs Cfa ». Et mieux, à ce jour « aucune écriture n’est passée dans la comptabilité publique du trésor prouvant l’endettement de l’Etat béninois vis-à-vis d’un tiers.

Toutefois, la Fesyntra-finances regrette que leur collègue, ministre de finances ait servi et couvert un homme à travers les média. Dire donc que « le Président de la République ne gagne rien et que toutes ses charges sont à son compte » reste aux yeux du syndicat des finances comme une mauvaise stratégie de leur collègue. Et pour cause, sachant tout ce qui est mis à la disposition du comptable de la Présidence en faveur du Chef de l’Etat. A cet effet, la Fesyntra-Finances se prépare donc à laver dans les prochains jours cet opprobre jeté sur la corporation des financiers béninois.

Mètongnon accuse Yayi sur les crises répétées de la refondation

Le secrétaire général de la Fédération syndicale des travailleurs du ministère des finances (Fesyntra-Finances), Laurent Mètongnon n’est pas du même avis que ceux qui voient en rose l’an 1 de la refondation. Selon lui, les différentes crises qui ont marqué les douze mois de la refondation ont bien une origine. L’ex secrétaire général du Syndicat des travailleurs de l’administration centrale du ministère des finances (Syntracef) pointe un doigt accusateur sur l’actuel Chef d’ Etat, Dr. Boni Yayi. Pour se justifier, il s’est référé à une date historique du monde syndical, celle du 17 juillet 2010.

 En effet, c’est ce jour que les secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales, de même que la Fesyntra-Finances ont été invités suite à l’affaire de la Cen-Sad. A en croire ses dires, c’est en ce moment que le Chef de l’Etat, très fâché aurait « maudit » la gestion de ses successeurs. « Je ne suis candidat à rien. Mais avant de quitter, je vais mettre la barre très haute et rendre le pays ingouvernable pour celui qui va arriver » a dit Laurent Mètongnon pour rappeler ces propos du Chef de l’Etat.

Ainsi pour lui, c’est les conséquences de les phrases du Président qui, avait levé la main droite pour claquer, qui rejaillissent aujourd’hui sur son second mandat au point où on assiste actuellement à de différents revirements du pouvoir sur les reformes. Le secrétaire général ajoutera donc que « le Président de la République ne savait pas que c’est lui-même qui allait se succéder ». Et pour conclure, il a soutenu que « Yayi s’est lui-même rendu le pays ingouvernable aujourd’hui ».

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Supposé décaissement de 12 milliards de Francs Cfa du trésor public:La Fesyntra-Finances dément l’opprobre jeté sur les financiers

  1. modeste

    Ou va notre pays., du changemen a la refondation le peuple beninois a fait preuve de suivisme notable envers la politique du chef d’état…mais pourquoi la refondation martyrise t.elle la pensée des béninois, va t”on vers une politique dictatoriale tout a fait ancrée dans le système legislatif et constitutionnel du pays…a quoi rime la revision de la constitution du pays..en tout cas la jeunesse du pays dans l’ombre attend la politique au carrefour.. ..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page