.
.

Le triomphe de la vérité

.

Polémique autour du paiement des 12 milliards subvention de l’Etat aux Cotonculteurs:Sabaï Katè s’explique et annonce la révision de l’accord-cadre avec l’AIC


Vues : 0

Le ministre de l’agriculture en est convaincu : « il y a eu vice de procédure et de modalité dans le paiement des 12 milliards de subvention de l’Etat à la Centrale de sécurisation des paiements et de recouvrement (CSPR) et à l’Association interprofessionnelle du coton (AIC)». Pour Sabaï Katè en effet, la procédure qui a conduit au décaissement des fonds par la Bank of Africa (BOA) au profit des associations interprofessionnelles n’a pas obéi à une procédure régulière.

De quoi s’agit-il ?

A en croire les explications apportées hier sur les plateaux de la télévision nationale par le ministre Sabaï Katè, conformément à ses engagements vis-à-vis des cotonculteurs, le gouvernement s’est une nouvelle fois engagé à les accompagner à travers la subvention des engrais à hauteur de plus de 12 milliards 545 millions de francs CFA. Ainsi, à la faveur d’un Conseil des ministres qui s’est déroulé au mois de janvier dernier qui a permis d’analyser la communication introduite par l’Association interprofessionnelle, des instructions ont été données aux ministres de l’économie et des finances et à son collègue de l’agriculture pour décaisser les fonds au moment opportun.

Toutefois, fera-t-il observer, contrairement aux prévisions qui ont permis la fixation du montant de la subvention, les aires effectivement emblavées ont fait apparaître un gap d’autant plus de 358.000 hectares prévus pour être emblavés, seulement 317.000 hectares ont pu l’être dans la réalité. C’est donc sans tenir compte de cette réalité que la ministre de l’économie et des finances, Mathys Adidjatou et ses cadres ont franchi le pas de faire payer les 12 milliards 545 millions de francs.

Aussi, en raison de l’indisponibilité des ressources dans les caisses de l’Etat pour procéder au paiement de cette importante somme, le décaissement de la BOA constitue un endettement pour l’Etat. Dès lors, réfutant toute remise en cause de l’appui de l’Etat aux cotonculteurs, le ministre de l’agriculture estime qu’il s’agit bel et bien d’une question de procédure et de délai qui n’a pas été respectée dans le cas d’espèce. Aussi, rassure t-il les bénéficiaires de cette subvention de l’engagement de l’Etat à leur côté.

L’accord-cadre entre l’Etat et les associations professionnelles en question

A l’occasion de cette sortie qui fait suite à celle des responsables de l’AIC et de la CSPR, le ministre Sabaï a annoncé la révision prochaine de l’accord cadre qui lie l’Etat à l’Association interprofessionnelle du coton. Pour lui en effet, cette étape est essentielle pour clarifier le rôle assigné à ces structures privées chargées de gérer la filière coton. « Il s’agit d’une question de souveraineté », dira-t-il à cet effet. Ainsi, pour le premier responsable de l’agriculture au Bénin, cette révision qui s’inscrit dans le cadre des pouvoirs régaliens de l’Etat, aura pour mérite de clarifier les choses entre restaurer l’ordre dans la filière et mettre fin aux largesses dont elles sont bénéficiaires de la part de l’Etat.

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page