.
.

Le triomphe de la vérité

.

Paiement des salaires après le débrayage dans le secteur éducatif:Plus de 5O% de défalcation opéré pour fait de grève des enseignants


Vues : 1

Les enseignants ont subi hier la rigueur de la décision gouvernementale interdisant les deux mois de cessation de travail observée dans le secteur de l’éducation. Après environ deux semaines de retard de rémunération, les enseignants ont fini par rentrer en possession de leur salaire qui est devenu reliquat pour d’autres.

La défalcation a été donc une réalité. En effet, dans la matinée de ce mercredi 04 avril, c’était la consternation au trésor public de Cotonou. Sur un banc dans le hall, une enseignante la main au menton, son sac à main sur les cuisses, dit regretter de n’avoir pas observé la grève comme ses collègues. « Ils m’ont défalqué près de la moitié de mon salaire » affirme t-elle. Dans le même temps, d’autres constatent une soustraction de 29.000 fcfa à 50.000 fcfa de leur salaire.

 L’heure était plutôt à la révolte. Aux différents guichets, des enseignants, fiches de paie à la main attendent leur tour. Mais malheureusement, le sort est déjà connu d’avance car mentionné sur les fiches de paie. Néanmoins dans les rangs, certains grévistes sont surpris de n’avoir pas subi la défalcation comme leurs collègues avec qui ils sont tous restés à la maison.

Une réplique automatique

L’application de la mesure de défalcation a provoqué la révolte des enseignants. Sans langue de bois, ils ont annoncé des jours difficiles pour le gouvernement de la refondation. « Le gouvernement me le payera avant la fin de son mandat » lâche une enseignante qui réclame les réels critères de défalcation. En considérant, cette mesure comme un acte maladroit, elle entend prendre par tous les chemins pour manifester sa colère. « D’abord, personne ne va prolonger l’année scolaire en cours.

 Et à la fin du mois de juin, je laisse la craie pour aller me reposer ». Elle est allée plus loin pour annoncer le passage obligatoire de tous ses élèves en classes supérieures sans tenir compte du niveau. Comme elle, un professeur victime de la situation. « Ils paieront tout ceci aux étudiants à travers les bourses et secours. Les examens seront bâclés pour permettre aux élèves de passer à l’université avec de fortes moyennes. Et comme ce sont nos enfants, ils seront en grand nombre boursiers et secourus » a-t-il laissé entendre. Dès lors, ses victimes ont jeté tout leur espoir sur le Haut conseil syndical de l’éducation qui à leur avis n’a pas encore baissé les bras dans cette lutte qui a temporellement marqué un arrêt en attendant la réaction du gouvernement dans la relance des négociations.

Par ailleurs, au sujet de l’application de la mesure de défalcation sur certains salaires, des autorités du trésor ont confié que c’est par tranche que se fait la soustraction. Et comme pour calmer les ardeurs, ces dernières annoncent que les autres qui ne l’ont pas subi ce mois de mars, feront eux aussi le constat de la défalcation sur le salaire du mois d’avril.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page