.
.

Le triomphe de la vérité

.

Observation de la grève sur le tas au Ceg Akpakpa-Centre:Deux enseignants arrêtés par la police hier


Vues : 3

Grand attroupement des responsables syndicaux et de quelques enseignants devant le commissariat centre de Cotonou ce mardi 20 mars aux environs de 21 heures. Et pour cause, la demande de libération de deux enseignants du Collège d’enseignement général d’Akpakpa centre. Il s’agit de Yessoufou Ganiou et son épouse.

Selon le point fait par les responsables du front rencontrés sur les lieux, notamment Valère Dotonou et Raouf Affagnon, les enseignants étaient dans la salle des professeurs observant la grève sur le tas comme prévue par la majorité des enseignants dans la motion de grève, quand le directeur dudit établissement est apparu.

A son arrivée, il aurait intimé l’ordre aux enseignants d’aller en classes. Mais les grévistes n’ont pas obtempérés quand la première autorité qu’incarne le directeur se serait retiré dans son bureau pour faire appel à la police nationale qui, quelques minutes après est venue demander dans le groupe d’enseignants, le couple Yessoufou, qu’elle a emporté au commissariat. Depuis hier donc le mouvement a pris autre tournure dans le rang des autorités de cet établissement qui donnera sa version des faits. Face à cette scène que les enseignants rencontrés au commissariat dans la nuit d’hier, qualifient d’atrocité et de boycott des franchises scolaires, le front déclare ce qui suit. « Nous vivons une politique de deux poids deux mesures.

Car toutes les fois qu’on tient des assemblées générales, nulle part aucun policier n’est arrivé arrêter quelqu’un. C’est déplorable pour une telle crise ». En déplorant le comportement de leur collègue directeur, les responsables syndicaux n’entendent pas se replier du commissariat central sans la mise en liberté de leurs collègues dont les enfants ont sans doute manqué de sommeil dans la nuit de ce mardi.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page