.
.

Le triomphe de la vérité

.

Profonde dégradation du pont et de la voie d’accès dans la commune de Karimama:Les populations s’en plaignent et appellent Boni Yayi au secours


Vues : 2

Située dans le Nord Bénin, la ville de Karimama, autrefois facilement accessible grâce au pont et à la voie praticable, donne d’énormes soucis à tous les usagers depuis près de deux (02) ans. Pour se rendre désormais dans cette localité située à une cinquantaine de Kilomètres de l’arrondissement de Guéné situé aux encablures de la route inter-Etats Cotonou-Malanville, il faut subir un véritable chemin de croix.

La population de Karimama vit depuis peu un calvaire. La voie qui conduit désormais dans cette localité est épuisante. Vu de loin le paysage donne l’image d’un relief accidenté. On se contente de contempler un trafic déformé. La voie a d’énormes nids de poules et des escarpements si abrupts que si vous êtes dans un véhicule, l’interposition d’une montée entre une autre voiture et la vôtre ne vous permet de voir que la montée, même avec votre siège relevé.

Ainsi se multiplient les risques d’accidents et les chocs violents qui conduisent parfois à des pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables. Les voitures souffrent le martyr : amortisseurs, ponts de liaisons, écrous, boîtes à vitesse, leviers de vitesse, systèmes de freinage, chambres à air, pneus, sans oublier le moteur lui-même, bref tout le véhicule est mis à rudes épreuves avant la destination.

Cette voie est devenue pour la population de Karimama un incontestable calvaire. Quant aux motocyclistes, ils se meurent presque. Pour eux le coup est plus dur. Les tempêtes de poussières, les nids de poules constituent également de redoutables casse-têtes. Voilà le spectacle désolant qu’offre la voie. En saison pluvieuse ce spectacle devient simplement rageant. Le pire, c’est le pont.

Un vieux pont en ruine

Il y a longtemps que le pont de Karimama fait l’objet de plaintes et de jérémiades de la part de la population. Il est devenu aujourd’hui un effrayant piège à homme. Son état est absolument inacceptable. C’est un tombeau à ciel ouvert. Vieux, rouillé et dégradé de partout, il fait peur aux usagers qui ont dû poser tonneaux, morceaux de bois, et autres éléments aux deux extrémités pour en défendre systématiquement l’utilisation. Alors qu’il est indispensable à la circulation des biens et des personnes pour la commune de Karimama. La population crie au secours pour que sa peine soit amoindrie.

Tédy GANDIGBE (Stag)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page