.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grogne au sein des enseignants:Grève encore au sein des enseignants contractuels reversés en formation(La fin du débrayage n’est pas pour demain)


Vues : 0

 Une grève peut en cacher une autre. C’est le cas actuellement dans l’enseignement secondaire. La grève lancée par le front d’action des syndicats des trois ordres de l’enseignement a mis le voile sur celle lancée plus tôt par les professeurs en formation professionnelle.

Depuis le 18 janvier 2012 en effet, le collectif des enseignants contractuels reversés en formation a déclenché un mouvement de grève de 72 heures renouvelable par tacite reconduction. Principal point de revendication, revoir les conditions de déroulement de ladite formation. Ils exigent à travers leur motion la sortie du décret régissant leur formation, décret qui devra fixer clairement la durée et les diplômes devant sanctionner la formation. Et puisque la grève du front est survenue entre temps, celle des stagiaires est passée sous silence.

La motion de grève de 72 heures renouvelable était pourtant maintenue par ces stagiaires. Mieux, le collectif a sorti une nouvelle motion depuis bientôt trois semaines relative à l’abandon des classes du second cycle par tous les enseignants en formation pour l’obtention du BAPES (brevet d’aptitude pédagogique de l’enseignement secondaire). Depuis lors, les classes de seconde, première et terminale tenues par les enseignants de cette catégorie sont abandonnées.

Préoccupé par le mouvement du front, le gouvernement semble ne rien savoir de celui des stagiaires. Mais bientôt, il devra faire face à cette nouvelle donne. Une fois la motion du front levée, non seulement plusieurs classes seront encore fermées du mardi au jeudi, mais les classes du second cycle seront sans professeurs dans plusieurs collèges.

On se rappelle qu’en septembre dernier, un bras de fer avait opposé ces enseignants en formation sur les sites de Porto-Novo et Parakou au gouvernement. Les stagiaires réclamaient d’être formés pour l’obtention du CAPES (certificat d’aptitude pédagogique de l’enseignement secondaire) pour ceux titulaires de la licence. Ce que refuse le gouvernement à travers le ministère en charge de l’enseignement secondaire et technique.

La motion d’abandon des classes du second paraît donc comme une réponse à cette position du gouvernement. Le titulaire du BAPES étant un professeur adjoint ne peut intervenir que dans les classes du premier cycle selon la règlementation de l’enseignement secondaire. « Si nous sommes formés au BAPES, il est donc logique que nous ne pouvons pas garder les classes du second cycle », explique CAKPO BESSE Ayimar, l’un des responsables du collectif au niveau de l’Alibori. Les stagiaires exigent par ailleurs la prise en compte des diplômes poste recrutement.

Les professeurs titulaires de la licence et même du DUES/DUEL constituent plus de 60% de ceux qui tiennent les classes du second cycle sur tout le territoire. L’abandon des classes par ces derniers constitue alors un nouveau casse-tête que le ministre SOUMANOU Djemba devra gérer dès les prochains jours.

Nicolas AGBIKODO (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page