.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grèves dans le secteur éducatif:Le Gouvernement en croisade contre le jusqu’auboutisme des enseignants


Vues : 2

Le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi

La situation s’envenime entre le gouvernement et les enseignants. A la suite du Conseil extraordinaire des Ministres de jeudi dernier, le gouvernement a pris des mesures coercitives destinées à ramener les enseignants sur les chemins des classes. Il a ainsi envisagé de « constituer des structures départementales, communales, d’arrondissement et de village pour suivre et contrôler la présence des enseignants sur leurs lieux de travail et d’en rendre compte au Comité interministériel placé auprès du Ministre de l’Economie et des Finances ».

 Lesdites structures décentralisées sont en cours d’installation par les ministres déversés dans tous les départements à cet effet. En tournée dans tout le pays, les ministres sont chargés de sensibiliser la population sur le bienfondé des actions du gouvernement. Pour le conseil des ministres, « tout enseignant qui ne reprendrait pas service pour compter du mardi 6 mars 2012, verra son traitement salarial suspendu. Il ne pourra être rétabli dans ses droits qu’après production d’un certificat de présence au poste et de service fait dûment signé par les autorités compétentes. »

 Pour le gouvernement, il n’est pas question d’accorder aux enseignants le bénéfice des 25% d’augmentation salariale octroyée en 2011 à tous les agents de l’Etat. Et pour cause, il estime que les enseignants avaient déjà bénéficié d’une augmentation analogue qui a obligé les autres secteurs de la fonction publique à réclamer un traitement similaire. Les enseignants qui ont déjà réagi, n’entendent pas céder à la pression de l’Etat. Reste à savoir si les mesures annoncées feront plier la détermination des enseignants.

Olivier ALLOCHEME

                                                  COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

Tournée gouvernementale

A la suite des décisions du Conseil des Ministres en sa séance extraordinaire du jeudi 1er mars 2012 relatives à la situation de grève dans les ordres d’enseignement primaire et secondaire, des délégations du Gouvernement se rendront en mission d’informations et de sensibilisation auprès de nos populations sur l’ensemble du territoire national pour compter de ce jour.

A cet effet, elles rencontreront dans tous les communes et arrondissements : les maires, les conseillers municipaux et communaux, tous les élus locaux, les associations des parents d’élèves, les responsables des confessions religieuses, les rois, les têtes couronnées, les sages et les retraités, les associations de femmes, de jeunes, les producteurs et artisans, les chefs des circonscriptions scolaires, les enseignants, les receveurs-percepteurs, les commandants de brigades de la gendarmerie et les commissaires de police.

Ces différentes délégations tiendront avec ces groupes et structures des séances d’information sur les tenants et aboutissants des mouvements de grève actuels qui pénalisent l’éducation de nos enfants, et portent atteinte à la paix et à la quiétude dans notre pays.

Il est demandé à chacun et à tous d’aider à la parfaite réussite de ces missions.

Les délégations envoyées en mission d’information et de sensibilisation sur le terrain ont pour responsabilité de constituer des structures départementales, communales, d’arrondissement et de village pour suivre et contrôler la présence des enseignants sur les lieux de travail et d’en rendre compte aux préfets des départements aux fins de saisir le comité interministériel placé auprès du Ministre de l’Economie et des Finances.

Toutes ces tâches devront être accomplies avec la plus grande diligence et dans la plus grande sérénité pour une prompte reprise des activités académiques et éviter ainsi à notre peuple et à la communauté scolaire le spectre de l’année blanche.

Par ailleurs, il a été constaté que certains enseignants font pression sur leurs collègues et sur les élèves, les obligeant à abandonner les salles de classe pour les rues mettant ainsi leur sécurité en danger. Tout enseignant qui se rendrait encore coupable d’une telle forfaiture s’expose à la rigueur des lois de la République.

Les élèves et les enseignants sont instamment invités à refuser tout à appel à manifestation d’où qu’il vienne, à garder leur calme et à rester au sein de leurs établissements.

La Présidence de la République

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page