.
.

Le triomphe de la vérité

.

Polémique autour du contrat de Bénin Control pour la mise en œuvre PVI:Martin Assogba exclut toute résiliation du contrat et invite les protagonistes au dialogue


Vues : 0

Martin Assogba entouré de deux membres de la société civile

Le président de l’Ong ALCRER est monté au créneau hier, jeudi 23 février 2012 à Cotonou pour s’insurger contre la polémique qui a cours, depuis plusieurs jours, au sujet du contrat qui lie la société Bénin Control à l’Etat béninois dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de vérification des importations (PVI) de nouvelle génération. Pour Martin Assogba, le dialogue doit être la seule issue pour dissiper les incompréhensions et favoriser le succès de cette reforme indispensable au développement du Bénin.

« La résiliation du contrat de Bénin Control relatif au PVI-Nouvelle génération n’est pas à l’ordre du jour ». Ainsi, s’est exprimé le Président de l’Association de lutte contre le racisme, le régionalisme et l’ethnocentrisme (ALCRER) devant les professionnels des médias. Pour cette figure de la Société civile béninoise, la polémique qui agite l’opinion publique depuis plusieurs jours au sujet d’une éventuelle remise en cause du contrat qui permet à la Société Bénin Control de concrétiser l’avènement du PVI-Nouvelle génération dans l’enceinte portuaire, est inacceptable et inutile.

 Ainsi, Prenant appui sur les dossiers relatifs aux huiles végétales et aux bitumes dont la résiliation, en pleine mise en œuvre, des contrats ont conduit l’Etat à perdre des milliards de francs Cfa, Martin Assogba invite le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi à la vigilance pour se démarquer des détracteurs de la reforme en cours afin d’œuvrer à la bonne exécution du contrat entre la société dirigée par l’homme d’affaires Patrice Talon et l’Etat béninois.

« Il faut que notre gouvernement fasse attention pour ne pas entraîner notre pays dans une anémie financière », dira t-il à cet effet Cela est d’autant plus nécessaire que, selon les explications du président de l’Ong ALCRER, c’est à la faveur de cinq (05) appels d’offres internationaux que la structure Bénin Control est parvenue à s’adjuger le marché de mise en œuvre du PVI-Nouvelle-Génération. Aussi, pointant un doigt accusateur contre certains membres de l’entourage présidentiel qui œuvre pour le maintien du statu quo au Port autonome de Cotonou en vue de satisfaire à leurs intérêts égoïstes en détournant par devers eux les recettes destinées au Trésor public, Martin Assogba n’exclut pas une relecture du contrat en vue de corriger ses impairs.

 « S’il y a des couacs dans la mise en œuvre du PVI-Nouvelle génération, il faut s’asseoir avec les contractants et tous ceux qui sont dans le circuit de ce contrat pour revoir ce qui ne va pas et le corriger », préconise t-il avant de rassurer au sujet de cette reforme destinée à renflouer les caisses que « Nous ne pourrons plus jamais revenir sur l’ancien système de gestion du Port ».

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page