.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclarations sur les difficultés de mise en œuvre des réformes portuaires:« Le PVI est victime de la jalousie de la mafia », selon Azanaï


Vues : 3

L’honorable Candide Azannaï

Sans langue de bois et de façon frontale, l’honorable Candide Azannaï s’est attaqué hier sur les plateaux de l’émission « Zone franche » de Canal3-Bénin, aux réfractaires des réformes du gouvernement, notamment ceux du Programme de vérification des importations de nouvelle génération (PVI-Nouvelle génération).

Ces réfractaires aux dires du Président du parti Restaurer l’Espoir ont un nom. Ce sont en effet des « mafieux » qui s’associent aux « politiques » pour « faire échec au PVI et aux autres réformes » engagées par le Chef de l’Etat. Et leur mode opératoire selon les explications de Candide Azannaï, c’est d’opposer Boni Yayi à sa propre équipe gouvernementale pour ainsi semer la zizanie.

Il en a pour preuve, les récentes polémiques abondamment relayées par la presse nationale qui font état de ce que le Chef de l’Etat ne serait pas signataire du contrat qui lie la société Bénin Control Sa à l’Etat béninois. Et comme pour lever l’équivoque, l’honorable rassure que Boni Yayi est bel et bien impliqué dans le processus qui a permis de désigner Bénin Control Sa comme l’épine dorsale des réformes portuaires. Par conséquent, pour lui, le Chef de l’Etat ne saurait jamais remettre en cause sa signature en retouchant le contrat de Bénin control Sa.

De toute façon, pour ce député de la majorité présidentielle, Boni Yayi n’est nullement l’instigateur de cette vaste campagne qui tend à faire croire qu’il aurait été piégé par son entourage dans le cadre de la signature du contrat de Bénin Control Sa. Pour lui donc, il s’agit de l’œuvre de certains politiciens soutenus par la mafia qui craignant un éventuel soutien du PDG de Bénin Control Sa, Patrice Talon à tel ou tel autre candidat en 2016 à partir des intérêts qu’il pourrait engranger dans la mise en œuvre du PVI, travaillent à barrer la route à cette grande réforme qu’il est sollicité par le gouvernement à gérer.

 C’est donc là un acte de jalousie suicidaire pour l’économie nationale que dénonce l’honorable Candide Azannaï. De toute façon, il ne compte pas de son côté baisser les bras afin que les intérêts de ces derniers prennent le dessus sur ceux de tout le pays. Et il est bien clair dans sa tête que « toucher un contrat de Bénin control Sa est un acte de jalousie qui ne sert que les intérêts de ceux qui pensent déjà à l’élection présidentielle de 2016 ».

 C’est pourquoi il invite le gouvernement à appliquer l’intégralité du décret instituant le PVI, en faisant cesser les rumeurs, les fuites organisées au sein de son équipe gouvernementale. Et ce n’est qu’en faisant cela qu’à ses dires, l’Etat pourra assumer sa signature.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page