.
.

Le triomphe de la vérité

.

Sit-in au ministère des finances:Les enseignants mettent la pression sur Mathys Adidjatou


Vues : 1

Ils étaient venus d’un peu partout ce mardi 07 février pour prendre d’assaut les locaux du ministère de l’économie et des finances (Mef). Réunis devant le portail du ministère dès 09 heures, scandant gongs et tambours en mains, des chants de révolte et de découragement, la grande foule a fini par faire son entrée au sein du ministère à 10 heures. Feuilles de rameaux attachées à la tête, branchages en mains, enseignants et enseignantes de la maternelle, du primaire et du secondaire ont manifesté leur ras-le-bol durant une trentaine de minutes.

 Dirigés par les responsables du Front d’actions des syndicats des trois ordres de l’enseignement notamment Valère Dotonou, Paulin Gbénou, Philipe Bernard Houdénou, Noël Chadaré et quelques membres des centrales dirigées par le secrétaire général de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (Fesen), Paul Essè Iko, les manifestants ont fini par être reçus en absence de la ministre Mathys Adidjatou, par la secrétaire général edu ministère, Christine Eyébiyi.

Dans leur motion de protestation, ils refusent d’être qualifiés de « clochards » avec des discours qu’ils qualifient de théoriques sur la valorisation de la fonction enseignante. Les syndicats de l’éducation réunis au sein du Front protestent vigoureusement contre la désinvolture avec laquelle le gouvernement en général, et le ministre de l’économie et des finances en particulier, traitent les préoccupations légitimes des enseignants et des enseignantes.

Rejetant aussi l’injustice dont fait preuve le gouvernement à leur endroit, ils ont fustigé l’amalgame entretenu par la ministre de l’économie et des finances consistant à confondre à dessein l’allocation d’incitation à la fonction enseignantes de 25% transformée en coefficient de revalorisation de 1,25, avantage spécifique aux personnels enseignants des trois ordres obtenu depuis 2005, avec la jouissance du coefficient de valorisation de 1,25 de l’indice de traitement au profit de tous les Agents de l’Etat.

A cet effet, ils exigent le respect scrupuleux des dispositions contenues dans le décret 2011-505 du 05 août 01 pour la prise en compte immédiate des enseignants dans l’application de la mesure d’augmentation des 25% accordés à tous les agents de l’Etat. Par la même occasion, ils n’entendent pas baisser les bras tant que tous les autres problèmes financiers en instance au Mef n’auront pas de solution.

 En rappelant la légitimité de ce droit, le Front met par conséquent en garde le ministre de l’économie et des finances contre toute tentative de retenue sur salaire pour fait de grève. Pour sa part, Paul Essè Iko a exprimé toute sa désolation suite au comportement du gouvernement qui selon lui ,confond droit et devoir.

Selon lui, c’est une provocation gratuite. Après une écoute attentive de la motion, la secrétaire générale du ministère a invité les manifestants au calme et à reprendre les activités en attendant le dénouement de la crise. Pour le moment, les portes des établissements publics des enseignements maternel, primaire et secondaire restent encore fermées jusqu’au jeudi prochain.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page