.
.

Le triomphe de la vérité

.

Candide Azannaï sur Golfe TV hier:« Le PVI est incontournable pour le Bénin »


Vues : 5

Le député Candide Azannaï

Trois (03) principaux sujets ont fait objet ce jeudi 02 février 2012 de la sortie médiatique qu’a effectuée le Président du parti « Restaurer l’Espoir », Candide Azannaï. Sur l’émission hebdomadaire de la chaîne de télévision Golfe TV placée sous le thème « La Refondation à l’épreuve des réformes », l’Honorable de la 6ème législature a fait l’état des lieux de la réforme PVI, parlé de la grève des magistrats et enseignants, et enfin de la gestion de Mathurin Nago II.

Dans le premier volet de son intervention, l’invité a justifie l’opportunité des réformes au Bénin sous le Président Dr. Boni Yayi. Pour lui, le Chef de l’Etat a placé son mandat sous le signe de la refondation et toute refondation passe par l’instauration des réformes, c’est ce qui explique la mise en place du PVI dans le secteur douanier. En saluant à cet effet le génie du Président de la République dans sa détermination à placer son mandat sur la modernisation des secteurs précurseurs de revenus au pays, il a confirmé la nécessité pour le Bénin de se doter du PVI pour une véritable amélioration des finances publiques.

 Selon lui, il s’agit pour le gouvernement d’éviter au maximum le contact physique des ressources de l’Etat. Un fait qui a souvent laissé une appréciation subjective sur les marchandises qui entrent sur le territoire. Par contre, la réforme avec les appareils reste plus proche de l’objectivité en ce sens que le mécanisme qui est mis en place permet de voir la qualité des produits afin de faciliter un meilleur prélèvement des ressources financières. Parlant à cet effet, des « ennemis » du PVI, l’acteur politique déclare que loin des bruits autour de la réforme, ce sont des résistances d’intérêts.

 C’est à juste titre qu’il a salué certains douaniers qui ont manifesté leur volonté à accompagner le gouvernement. « Si chacun se soumettait à cela, il n’y aura plus de poche de résistance. Car certains opérateurs économiques et acteurs politiques portent des masques pour effrayer le peuple. « Ce qui dérange est le refus de certaines personnes à respecter cette réforme….il faut simplement comprendre que le PVI n’est donc pas une invention….» a précisé l’ancien ministre de l’industrie du dernier gouvernement de Yayi 1er.

En sa qualité d’homme averti du système socio-politique et économique du pays, l’Honorable Candide Azannaï n’ira pas par quatre chemins pour rejeter du revers de la main les faux arguments avancés par certains de ses collègues de l’hémicycle pour mettre en déroute la mise en œuvre du PVI. D’un ton patriotique, il a convié les patriotes béninois à garder leur sang froid. Car selon lui, « aucun audit ne pourra être possible pour une réforme mise en œuvre il n’y a pas deux mois voire six mois ».

En rassurant donc le peuple de ce que les milliards ne s’envolent pas comme le pensent certains citoyens, le député défie quiconque qui prouvera le contraire. Si les réformes ne sont donc pas des faits nouveaux pour avoir été entamées par le régime du Général Mathieu Kérékou, la lutte contre la corruption en est aussi un effort.

Ainsi dans le second volet de son intervention, en bon patriote, l’ancien ministre a fustigé le comportement de certains magistrats aujourd’hui en grève pour une raison qu’il qualifie de banal. « Aucune corporation ne doit pas être à 100% propre comme aucune corporation ne doit pas être à 100% sale » va-t-il déclarer pour inviter les magistrats à ramener la balle à terre au nom de la République. Par contre, il ne fera pas de cadeau aux membres du gouvernement qui selon lui ont manqué de solidarité dans cette affaire qui met en difficulté leur collègue, le Garde des sceaux, ministre de la justice.

L’élu de la 15ème circonscription électorale qu’il représente ne manquera pas de rappeler la limite de la grève de ces agents de la justice en invitant les enseignants à la patience. « Dans le droit de grève, tous les magistrats ne doivent pas aller en grève. Ce qui se passe est selon lui une banalisation de la République et du serment de magistrat » a-t-il rappelé. En troisième point, le Député des 2ème, 3ème, 4ème avoue que la gestion de l’Assemblée nationale est aujourd’hui mal cotée dans cette 6ème législature dont il fait partie.

A en croire ses propos, l’Assemblée nationale est mal gérée pour des raisons divers dont, la non maitrise des textes et lois. Parlant de la montée galopante de certaines initiatives qu’il qualifie d’antidémocratiques dans la gestion de l’hémicycle, le Président du parti « Restaurer l’espoir» donnera pour preuve, le prochain séminaire des députés qui se tiendra à Parakou dont l’objectif serait dévalué les activités de l’Assemblée.

« C’est une gestion qui ne me plait pas, car ce n’est pas le rôle des députés mais de la Capan» a-t-il dénoncé. Ne pouvant effectuer près de 90 minutes sur un plateau sans parler de l’élection du Chef de l’Etat à la tête de l’Union africaine en tant que Président, l’Honorable Azannaï a convié le peuple béninois à une mobilisation générale durant les 12 mois de gestion dont bénéficie le Bénin.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page