.
.

Le triomphe de la vérité

.

Au cœur du jardin public derrière le stade de Kouhounou:L’insalubrité règne en maître des lieux


Vues : 2

Le jardin qui se situe derrière le stade de l’amitié de Kouhounou et qui fait face à la rue menant à Zogbohouè, végète dans une souillure ostentatoire. Ce lieu sert également de scène pour les malandrins, les hommes éprouvant la luxure incessante, et pour d’autres agissements malsains. Cela n’empêche quand même pas certains d’y prendre de l’air. Ce Dimanche 29 Janvier 2012 une de nos équipes a effectué une descente sur ce lieu.

Un usagé qui se détend dans le jardin

Un véritable antre ! Un jardin de repos réduit à un dépotoir, à un lieu d’actes atroces et à un lieu d’aisances brutes. Dire que ce milieu est insalubre est purement un doux euphémisme. Situé en appendice au stade de l’amitié de Kouhounou et ouvrant sur la voie pavée menant à Minnontin et sur la rue allant à Zogbohouè, ce lieu public est sans nul doute destiné au repos des usagers pompés par la densité de leur activité, étant donné les bancs publics qui y figurent, les candélabres, les espaces réservés aux fleurs, à une pelouse et autres.

Cependant le tableau qu’offre ce milieu, lorsqu’on y jette un regard, est monstrueux. On y découvre : des amas de feuilles mortes qui remplacent tristement la verdure, des monceaux de toiles cirées, des oripeaux puants de déments, des masses d’excréments humains et d’animaux, des sébiles solitaires etc. L’ensemble de ces éléments offre à l’odorat une émanation fétide. Néanmoins certains ne se lassent pas d’y passer leur détente.

 Tenez-vous bien le décor va fort loin que vous le pensiez. La nuit le spectacle est tout autre. On y aperçoit des clochards dont seul le point rouge du bout des cigarettes qui tache le drap de l’obscurité permet l’identification, également on y voit des filles de joie horriblement fardées, juchées sur des talons aiguilles ce qui leur permet sans doute d’augmenter leur cambrure.

Nous n’allons pas occulter les SDF, entendez les Sans Domicile Fixe, et les reptiles de tout genre. Dans le lot figure par ailleurs les hors la loi qui s’y ont fait domicile, et autour de 23h, prendre par là devient un défi. Ainsi se présente le désolant tableau que déroule ce lieu. Cette image interpelle les autorités à divers niveaux pour connaitre une minutie afin de servir et valoir les raisons de son existence.

Teddy GANDIGBE (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page