.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entre violence, grèves et menace de guerre civile:Le Nigeria au bord du gouffre, le Bénin inquiet se prépare


Vues : 8

Le cycle de violence qui a commencé depuis quelques années au Nigeria ne semble pas être prêt de s’estomper. Le pays est plus que jamais plongé dans une crise qui menace ses fondements même. Deux acteurs principaux se dégagent. D’un côté, le groupe terroriste Boko Haram, adepte de la guerre totale contre les chrétiens et de l’autre, un Etat nigérian dépassé par les faits et qui allume les fronts sans pouvoir les éteindre.

Le dossier que nous publions aujourd’hui rend compte de cette folie meurtrière qui embrase actuellement le nord de notre voisin de l’Est. Les Etats voisins du pays le plus peuplé d’Afrique ont tous peur en effet de voir les répercussions néfastes de la déferlante islamique à leurs frontières. Lundi dernier, les pays dits du champ (Niger, Mauritanie, Algérie, Mali) se sont retrouvés à Nouakchott en Mauritanie pour analyser les ressorts de cette crise qui prend des dimensions vertigineuses. Les liens entre Boko Haram et Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) qui essaime le Sahara, sont désormais officiellement reconnus par les ministres des affaires étrangères des quatre pays. Les actions concertées viendront plus tard.

 Le Bénin se prépare

Le Cameroun, situé à quelques kilomètres seulement de Maiduguri, quartier général de Boko Haram a dépêché 600 militaires du 32ème bataillon d’infanterie motorisé à Mora, appuyés par ceux du 4ème secteur militaire de l’Extrême-Nord. Ils patrouillent dans les quartiers de Mora depuis la semaine dernière. Une autre vague de militaires a débarqué dans la localité d’Amchidé.

Selon des informations recueillies auprès des autorités administratives et militaires de la région de l’Extrême-Nord, il s’agit de « mesures dissuasives » face à la menace Boko Haram qui plane dans cette partie du Cameroun. Les militaires qui ont été déployés ont pour mission de recueillir des renseignements auprès de la population et de surveiller les entrées et sorties des personnes et des biens.

 Quant au Bénin, bien que situé à des milliers de kilomètres des centres névralgiques de l’action des terroristes, il mène une discrète action préventive. Selon nos informations, le Chef de l’Etat a réuni le 07 janvier dernier ses sécurocrates pour prendre des mesures concrètes. A la réunion, participaient le Général Robert Gbian, chef de la Garde Républicaine et le Conseiller Technique à la Sécurité du Chef de l’Etat, le Général de Division Félix Tissou Hessou. Ils ont été rejoints plus tard par le Général de Division Mathieu Boni, Chef d’Etat-major général des Forces Armées Béninoises.

Décision a été prise de convoyer discrètement un détachement aux frontières du Nigeria dans le septentrion. Sous la responsabilité du Groupement Nord de la Gendarmerie, les éléments sont chargés d’une mission de surveillance active et de dissuasion. Des unités de Parakou et de Bembèrèkè seraient prêtes à intervenir à tout moment. Le Nigeria a fermé unilatéralement ses frontières avec le Cameroun, Abuja suspectant les autorités militaires camerounaises d’être potentiellement corrompues.

Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Entre violence, grèves et menace de guerre civile:Le Nigeria au bord du gouffre, le Bénin inquiet se prépare

  1. TheLeviathan

    Deux pays très stupides (Benin et Cameroun) ! Quand il s’agit de profiter de la croissance économique du Nigéria, ils sont incapables mais quand il s’agit de mobiliser des troupes aux frontières du Nigéria, là ils savent le faire c’est vraiment dommage ! Dans tous les cas aucun de ces 2 pays ne peut entrer en conflit direct avec le grand Nigéria sinon il court lui meme à sa perte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page