.
.

Le triomphe de la vérité

.

Décryptage du message du chef de l’Etat:Le conseiller Elègbè et deux ministres éclairent sur les réformes de Boni Yayi


Vues : 2

Amos Elègbè et...

Le 31 décembre 2011, le président Boni YAYI s’adressait au peuple béninois à travers le traditionnel message du nouvel an. Réunies pour décrypter le discours du chef de l’Etat, trois personnalités en ont dressé les grandes lignes. Amos ELEGBE, conseiller spécial du Chef de l’Etat aux Affaires politiques, Adidjath MATHYS, ministre de l’Economie et des Finances et Marie-Elise GBEDO, Garde des Sceaux et ministre de la Justice ont décortiqué l’adresse du Chef de l’Etat à la Nation.

Du dialogue politique à la lutte contre la corruption en passant par l’économie, le dialogue social, les grandes ambitions de Boni Yayi pour le Bénin en 2012 ont été mises en lumière. C’est au professeur Amos Elègbè, ancien ministre, et actuel Conseiller spécial aux affaires politiques du président de la république qu’est revenu l’honneur d’ouvrir le bal.

 En bon pédagogue, il plante le décor avant de décliner en axes stratégiques le discours de Boni Yayi qui, de son avis, s’articule au plan politique autour de la consolidation de la paix, la sécurité des personnes et des biens, le dialogue politique, le dialogue social, la cohésion sociale, la gouvernance politique, économique et social, la prospérité et le développement qui sont autant de défis majeurs et d’objectifs visés par le Président de la République dans son projet de société « En route pour un Benin nouveau ».

Concernant le dialogue politique qui, selon lui, demeure l’un des piliers du second mandat de Boni Yayi, Amos Elègbè y voit la volonté du Chef de l’Etat de rassembler autour de lui toutes les forces politiques du pays afin que tous ensembles, les Béninois et les Béninoises se mettent au service de la nation. Une volonté qui s’est matérialisée par l’entrée au gouvernement du Parti de la Renaissance du Bénin (RB), une composante de l’Union fait la Nation (UN) et du ralliement à la majorité plurielle de trois Députés du G13 Baobab (Antoine Dayori, Venance Gnigla et Valentin Houdé) et de deux Députés de l’Union fait la Nation (UN) Edmond Agoua et Cyriaque Domingo.

 Se félicitant par ailleurs de cette prouesse du Docteur Boni Yayi, l’ancien ministre de la Culture n’a pas manqué de dire son espoir de voir les autres partis d’opposition saisir la main tendue du chef de l’Etat afin que soit mis en œuvre un cadre de dialogue politique permanent entre l’opposition et la mouvance présidentielle. Le Conseiller Spécial a enfin révélé être en contact avec les dirigeants du PSD et du PRD en vue de l’organisation prochaine des échanges entre l’Union fait la Nation (UN) et la majorité présidentielle.

Autres sujets ayant fait l’objet de décryptage, c’est la lutte contre la corruption, une question à laquelle le Président Boni YAYI a accordé une place de choix dans son adresse à la Nation. Pour Marie-Elise Gbèdo, la ministre de la Justice, cela ne fait que traduire « un signal fort pour que le changement de mentalité relativement à l’éthique et à la morale soient de mise ».

Revenant sur la loi 2011-20 du 12 octobre 2011 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en république du Bénin et plus amplement sur le contenu des décrets d’application pris en conseil des ministres, la ministre a mis en lumière la volonté du gouvernement béninois de combattre la gangrène que constitue ce fléau.

Une volonté qui selon la Garde des Sceaux se traduit à travers les tournées entreprises par les membres du gouvernement sur instruction du Chef de l’Etat, afin que soient expliqués aux populations les tenants et les aboutissants de cette loi. Autre défi que se donne Boni Yayi pour 2012, la lutte contre la pauvreté avec, à l’horizon 2015, une croissance de qualité de l’ordre de 7 à 8 %, le doublement du revenu par tête d’habitant qui devrait passer de 750 à 1500 dollars américains par an.

Comptant sur la mise en œuvre d’un partenariat avec le secteur privé pour éradiquer la pauvreté, la Ministre Adjidjatou Mathys a indiqué qu’un plan de financement innovant devrait permettre au gouvernement de mobiliser une somme de 1.000 milliards pour la réalisation de grandes infrastructures telles que le 2e port à eau profonde de Sèmè Kpodji, l’Aéroport International de Glo-djigbé, les infrastructures au plan ferroviaire, agricole et touristique.

Flore S. NOBIME

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page