.
.

Le triomphe de la vérité

.

Après 140 jours de détention:Anjorin Moucharafou libéré hier nuit


Vues : 1

Le président de la Fbf, Anjorin Moucharafou, désormain libre

Le président de la Fédération Béninoise de football, Anjorin Moucharafou est libre depuis la nuit d’hier, 13 décembre 2011. Libéré de la prison civile de Cotonou où il était incarcéré depuis le 25 juillet dernier, l’homme était soupçonné d’avoir mal géré les fonds alloués à la Fédération Béninoise de Football (Fébéfoot) par les sponsors MTN et JAGO.

Il est désormais libre de ses mouvements. Anjorin Moucharafou, le président de la Fédération béninoise de football ne fait plus partie des détenus de la prison civile de Cotonou. Autorisé à rentrer chez lui sur décision de la chambre judiciaire de la Cour suprême, M. Moucharafou Anjorin venait de boucler 4 mois et 12 jours de détention.

Pour rappeler les faits l’ayant conduit à la prison civile de Cotonou, l’on peut retenir qu’il était accusé d’avoir détourné en partie les fonds alloués par les sponsors de la Fébéfoot à savoir l’opérateur Gsm MTN, ainsi que la firme agro alimentaire JAGO. Des fonds dont le montant est estimé à 300 millions de FCFA. Cet événement survenait au moment où la Fébéfoot traversait une longue crise amorcée par la démission le 20 décembre 2010 de 12 membres sur 15 du conseil exécutif de la Fébéfoot, présidé par Anjorin Moucharafou.

 Ces démissionnaires parmi lesquels Sébastien Ajavon, alors président de la ligue professionnelle de football, avaient avancé comme raison de leur défection la gestion opaque de la fédération orchestrée par son président. L’arrestation du président 7 mois plus tard était accueillie dans le rang des fans de foot comme la confirmation des accusations des démissionnaires. Mais la décision de la chambre judicaire tombée avant-hier blanchit apparemment Anjorin Moucharafou désormais libre de ses mouvements.

Ce qui étonne moins, car bien qu’étant en prison, la Fifa l’a reconnu comme président. Ce qui est certifié par la décision finale du Tribunal Arbitral Sportifs(TAS), l’instance suprême en matière de juridiction sportive, et respecté par le gouvernement béninois qui avait de la peine à choisir entre le bureau d’Anjorin Moucharafou et celui de Victorien Attolou, président autoproclamé, celui avec lequel travailler. Le seul souci du public sportif béninois, amoureux du cuir rond, reste que le football béninois retrouve ses marques d’antan.

 La libération du président de la Fébéfoot peut-elle être une solution ? Le plus grand travail, ce n’est pas de continuer dans cette politique de division avec un championnat dit de transition dont certains clubs sont écartés, mais que tous les acteurs soient associés à la gestion. Ce qui nécessite l’organisation d’une nouvelle Assemblée Générale sans laquelle Anjorin Moucharafou aura beau être un président de titre mais pas un leader.

KPOSSINOU Christophe (Stag)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page