.
.

Le triomphe de la vérité

.

Visite du Pape Benoît XVI au Bénin:Les messages forts du Saint père aux gouvernants, aux Béninois et aux Africains


Vues : 0

Le Saint père, Benoît XVI a achevé hier sa visite au Bénin. Il est parti mais ses profonds messages adressés aux Béninois, aux gouvernants et aux Africains d’une façon générale restent et demeurent des sujets de grande méditation.

Le Pape invite les Evêques à la conquête de nouveaux fidèles pour l’Eglise

Face aux Evêques du Bénin, le Pape Benoît XVI n’a pas caché ses intentions de voir une Eglise Catholique plus revigorée dans la foi. « La célébration de ce jubilé doit être pour vos communautés et pour chacun de leurs membres, l’occasion d’un profond renouveau spirituel », a déclaré le Saint père à la Nonciature Apostolique devant les Evêques du Bénin qu’il a rencontrés samedi dernier. Et cette mission de renforcement de la foi, le Pape Benoît XVI ne veut surtout pas qu’elle se limite exclusivement aux fidèles déjà acquis à la parole divine.

Pour lui, l’Evangile doit être apportée à tous, sans exclusif comme l’ont d’ailleurs mentionné les Saintes Ecritures. « En aucune façon, l’Eglise ne peut se limiter à une Pastorale de ‘l’entretien’ en faveur de ceux qui connaissent déjà l’Evangile du Christ. L’élan missionnaire est un signe clair de la maturité d’une communauté ecclésiale. L’Eglise doit donc aller vers tous », a précisé le Saint père aux Evêques. Et pour que cela réussisse, le Pape Benoît XVI trouve indispensable, l’union des disciples du Christ entre eux.

 L’appel solennel de Benoît XVI aux gouvernants indélicats de l’Afrique

Le Saint père a démontré samedi dernier face aux membres du gouvernement, les représentants des institutions de la République, le Corps diplomatique et les Représentants des principales religions, sa parfaite connaissance des grands maux qui minent l’Afrique. Faisant allusion au printemps arabe, Benoît XVI justifie ses mouvements sociaux marqués par des pertes en vies humaines comme « l’aveuglement de l’homme, par sa volonté de puissance et par des intérêts politico-économiques qui font fi de la dignité des personnes ou celle de la nature ».

Or, aux dires du Saint Père, « La personne humaine aspire à la liberté, elle veut vivre dignement, elle veut de bonnes écoles et de la nourriture pour les enfants, des hôpitaux dignes pour soigner les malades, elle veut être respectée, elle revendique une gouvernance limpide qui ne confonde pas l’intérêt privé avec l’intérêt général et plus que tout, elle veut la paix et la justice ». Mais face à ces soucis majeurs des populations, aux dires du Pape Benoît XVI, les gouvernants leur servent des scandales, de l’injustice, la corruption, de l’avidité, du mépris, des mensonges et des violences qui conduisent à la misère et à la mort.

Comme pour dire qu’il urge désormais de mettre fin à ces maux qui affligent le continent, le Saint Père a lancé depuis Cotonou, un appel solennel aux gouvernants de l’Afrique et du monde entier. « Je lance un appel à tous les responsables politiques et économiques des pays africains et du reste du monde. Ne privez pas vos peuples de l’espérance, ne les amputez pas de leur avenir en mutilant leur présent, ayez une approche éthique courageuse de vos responsabilités et, si vous êtes croyants, priez Dieu de vous accorder la sagesse ! Cette sagesse vous fera comprendre qu’étant les promoteurs de l’avenir de vos peuples, il faut devenir de vrais serviteurs de l’espérance.

Il n’est pas facile de vivre la condition de serviteur, de rester intègre parmi les courants d’opinions et les intérêts puissants. Le pouvoir, quel qu’il soit, aveugle avec facilité surtout lorsque sont en jeu, des intérêts privés, familiaux, éthiques ou religieux. Dieu seul purifie les cœurs et les intentions » a déclaré Benoît XVI.

 Benoît XVI propose l’ouverture entre les religions pour éviter les conflits

Les récents événements qui ont occasionné la mort de plusieurs fidèles catholiques et musulmans au Nigéria n’ont pas laissé indifférent le Pape Benoît XVI. Or, aux dires du Saint Père, l’on ne saurait donner la mort au nom de Dieu qui est la vie. C’est pour cela d’ailleurs que le Souverain Pontife a proposé l’ouverture entre les religions afin que les conflits interreligieux soient évités. Car, selon ses propos, « l’agressivité est une forme relationnelle assez archaïque qui fait appel à des instincts faciles et peu nobles ». Et pour parvenir à cette ouverture entre les religions, Benoît XVI a donné quelques pistes à emprunter.

D’abord, il faut la coopération dans le domaine social ou culturel, toute chose qui, aux dires du Saint père, peut aider les personnes à mieux se comprendre et à vivre ensemble sereinement. Ensuite, le Souverain Pontife rappelle aux croyants de se convaincre de ce qu’on ne dialogue pas par faiblesse, mais qu’on le fait parce qu’on croit en Dieu. « Dialoguer est une manière supplémentaire d’aimer Dieu et le prochain sans abdiquer ce que l’on est », a précisé Benoît XVI. Mais pour le Saint Père, une nuance fondamentale doit s’opérer pour ce qui concerne le dialogue interreligieux.

« Il convient donc que chacun se situe en vérité devant Dieu et devant l’autre. Cette vérité n’exclut pas et elle n’est pas une confusion. Le dialogue interreligieux mal compris conduit à la confusion ou au syncrétisme. Ce n’est pas ce dialogue qui est recherché », a nuancé le Saint Père.

 Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page