.
.

Le triomphe de la vérité

.

Appui à la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée:La France octroie plus de 500 millions pour une lutte plus efficace contre la piraterie au Bénin, au Togo et au Ghana


Vues : 0

Cotonou abrite depuis le mardi 08 novembre dernier, un séminaire régional sur la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée. Initiative de la France, elle vise à mettre en place un plan régional de lutte contre la piraterie dans le Golfe de Guinée.

« L’heure est venue de rassembler les énergies au-delà des frontières nationales, de cumuler les compétences et expertises et de faire un état des lieux lucide pour élaborer un schéma directeur des actions à mener pour évincer cette région de la piraterie maritime qui est un défi à la souveraineté des Etats ». Ces propos de la 1ère secrétaire de l’Ambassade de France au Bénin, représentant pour la circonstance Jean-Paul Monchau, expliquent la présence des autorités politiques et militaires du Bénin, du Togo et du Ghana dans la capitale économique béninoise.

 Ainsi, conviés par la France dans le cadre du séminaire initiée en réponse à l’appel lancé par le Président Boni Yayi en août 2011 aux pays membres permanents du Conseil de Sécurité afin d’aider le Bénin dans sa lutte déterminée contre la piraterie maritime, les participants à cette rencontre auront au cours de cette rencontre à faire l’état des lieux des stratégies de lutte contre la piraterie et le brigandage en mer avant d’œuvrer à la mise en place d’une politique commune de lutte contre le phénomène de la piraterie qui « est passée du statut de phénomène marginal qui la caractérisait au début des années 1990, à celui de sujet de préoccupation majeure vingt ans plus tard », selon la représentante de l’ambassadeur Monchau.

Pour sa part, le Général Clément Bollée, Directeur de la Coopération de sécurité et de défense au Ministère français des Affaires étrangères perçoit à travers les assises de Cotonou un tremplin pour le renforcement des capacités en sécurité maritime au sein des trois pays concernés par cette initiative. Ainsi, à l’issue des travaux de ce séminaire, le Général Bollée entrevoit une meilleure coordination des actions dans le cadre de la lutte contre la piraterie dans les eaux béninoises, togoaises et ghanéennes.

Représentant à l’occasion le ministre d’Etat chargé de la Défense nationale, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’est réjouit du choix porté sur le Bénin pour abriter cette importante assise sous-régionale. Pour François Abiola « à un fléau qui ne connaît pas les frontières, il faut envoyer une réponse qui traverse les frontières ».

C’est pourquoi, selon ses propos, le gouvernment béninois salue ce « projet novateur qui vient à point nommé » pour amorcer la phase active de la lutte et faire naître une nouvelle ère de contrôle des frontières maritimes plus renforcée dans la sous-région. Cela est d’autant plus iméprieux que, estime t-il, « la stabilité et la prospérité ne peuvent être garanties » sans une réponse efficace et concertée au phénomène de la piraterie.

Prévu pour prendre fin ce jour, vendredi 10 novembre 2011, ce séminaire marqué par plusieurs activités, marquera également le lancement officiel du Fonds de Solidarité Prioritaire « Appui à la réforme du secteur de la sécurité maritime dans le golfede Guinée » financé par la France et doté de plus de 500 millions de francs Cfa au profit du Bénin, du Togo et du Ghana.

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page