.
.

Le triomphe de la vérité

.

Effectivité de l’ouverture officielle de la session budgétaire 2011:Mathurin Nago se réjouit de la convivialité retrouvée au sein de l’hémicycle


Le Pdt de l'Assemblée Nationale, Mathurin Nago

Pour une fois et après plusieurs rendez-vous manqués, l’ouverture officielle et solennelle d’une session ordinaire de l’assemblée nationale sous le président Mathurin Nago a été effective. Contrairement aux frustrations subies sous la cinquième législature dues aux boycotts successifs et systématiques de cette cérémonie par les députés de l’opposition qui jouissaient d’une majorité significative au cours de la cinquième législature, celle d’hier jeudi 27 octobre 2011 a été effective.

En effet, plus d’une cinquantaine de députés de la sixième législature y compris ceux de l’union fait la nation ont répondu à ce rendez-vous. Il n’en fallait pas plus pour arracher le sourire au président Nago. En effet selon lui, depuis l’installation de la sixième Législature de l’ère du Renouveau démocratique, il y a environs cinq (05) mois, les députés, toutes tendances politiques confondues, se sont mis résolument au travail, en privilégiant l’intérêt du peuple et en prenant en compte les défis et les exigences actuels.

Faisant allusion aux ratés de la cinquième législature, il dira que « une fois n’est pas coutume, une ambiance de convivialité, de tolérance et de responsabilité semble désormais régner au sein de l’Institution parlementaire. Je salue ce comportement positif, cette ouverture d’esprit et cet effort collectif qui indiquent, à n’en point douter, une certaine maturité politique, un certain patriotisme et surtout une volonté de tirer et d’exploiter judicieusement les leçons du passé.

Il souhaite enfin que chaque député poursuive l’effort requis en vue de contribuer véritablement au maintien et au renforcement de cette bonne et fructueuse ambiance de travail tout au long de notre législature, car selon lui, le peuple le demande, n’en témoignent les doléances formulées par ceux-ci durant les dernières tournées d’information et d’échanges des députés avec les populations dans tous les départements du pays.

 Mathurin nago satisfait des acquis de la sixième législature

« Grâce à notre esprit de tolérance, à notre disponibilité et à notre ardeur au travail, nous avons pu, depuis l’installation de la nouvelle Législature, achever la première session ordinaire de l’année 2011 et organiser successivement deux sessions extraordinaires, avec à l’actif la tenue d’une quarantaine de séances plénières et de nombreuses réunions de commissions permanentes et l’adoption de près d’une trentaine de lois » a déclaré le président Nago avant d’énumérer quelques lois votées au cours de la première session ordinaire.

Il s’agit principalement de la loi portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin ; la loi portant règles générales applicables aux personnels militaires, des forces de sécurité publique et assimilés en République du Bénin ; la loi portant prévention et répression des violences faites aux femmes ;

la loi organique portant conditions de recours au référendum en République du Bénin et la loi portant autorisation d’adhésion de la République du Bénin au 2ème protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques et enfin la loi portant autorisation de ratification de la Charte Africaine de la Démocratie et de la Gouvernance. « Cet important travail abattu en si peu de temps augure, me semble-t-il, d’une législature laborieuse et productive. En tout cas, c’est mon souhait et je sais que c’est aussi le vôtre » a conclut le président de l’assemblée nationale Mathurin Coffi Nago.

 

« La refondation est irréversible » dixit Mathurin nago

La présente session ordinaire s’ouvre dans un contexte marqué par une volonté réelle de réformes politiques, institutionnelles, administratives, juridiques, judiciaires et économiques ainsi que par une volonté ferme de changement mental et de réarmement moral. En vérité, au-delà du Gouvernement et même du Parlement, ces réformes, ces changements de mentalités et de comportement, cette refondation de la République dans toutes ses dimensions, – puisque c’est de cela qu’il s’agit – sont voulues d’abord et surtout par la Nation Béninoise, parce qu’elle n’a pas d’autre choix.

Les crises et les défis actuels, les comportements et les pratiques négatifs courants qui freinent ou bloquent le développement de notre pays, nous imposent en effet de prendre les taureaux par les cornes et d’infliger enfin au « mal béninois » dont nous souffrons, non pas un traitement symptomatique, mais plutôt un traitement étiologique, c’est-à-dire un traitement qui attaque véritablement l’origine et les causes profondes du mal et non les signes et les manifestations extérieures.

Les réformes envisagées à cet égard concernent tous les domaines de la vie et tous les secteurs de l’activité économique. La mise en œuvre de ce processus de refondation doit donc être considérée comme l’affaire de tous les Béninois, et surtout celle de toutes les Autorités et de toutes les Institutions chargées de conduire la Nation vers un mieux-être. Ce n’est donc pas l’affaire du seul Gouvernement. Car il s’agit, Mesdames et Messieurs, d’ouvrir la porte de notre pays à la modernité et au développement durable et d’y promouvoir et renforcer les valeurs positives d’équité, de solidarité et de démocratie.

Les premières réformes, telles que le Programme de Vérification des Importations, nouvelle génération, l’ouverture du guichet unique au Port Autonome de Cotonou, attendue depuis une quinzaine d’années, le vote des lois contre la corruption, contre les violences faites aux femmes et pour l’interdiction du droit de grève aux personnels militaires et paramilitaires, suscitent quelques remous. Ceci est tout à fait normal, car toute réforme bouscule des habitudes et gène des intérêts.

Toutefois, les Autorités et les Institutions doivent toujours s’assurer que les réformes engagées ou envisagées sont bénéfiques pour notre pays et pour l’écrasante majorité de nos concitoyens. J’invite donc mes collègues députés, toutes tendances politiques confondues, à soutenir ce processus de refondation, en adoptant, après d’éventuels amendements, les lois utiles, pertinentes et nécessaires initiées tant par l’Exécutif que par les Députés.

En termes clairs, il s’agit de procéder courageusement au toilettage de nos textes législatifs, vieux de plusieurs années, et à leur mise en adéquation avec les exigences du monde actuel d’une part, et d’initier de nouvelles lois pour réglementer les activités et les situations nouvellement apparues en liaison avec l’évolution de la technologie, de l’environnement et de la société humaine d’autre part.

Depuis l’installation de la nouvelle Législature, je note avec beaucoup de satisfaction que le Parlement s’est associé à la mise en œuvre des premières réformes en jouant sa partition, à travers l’examen et le vote diligents de lois importantes. Je souhaite que notre Législature continue de s’inscrire dans la même logique et la même dynamique.

 Hugues E. PATINVOH

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page