.
.

Le triomphe de la vérité

.

Mort de Mouammar Kadhafi sous les balles de l’Otan hier:Le Cnt met fin à 42 ans de régime sans partage


Vues : 2

Le guide libyen Mouammar Kadhafi, a succombé aux balles de l’Otan

Le dirigeant déchu a succombé à ses blessures après sa capture à Syrte en Libye, selon des membres du Conseil national de transition et une télévision libyenne. L’Europe salue «la fin d’une ère de despotisme et de répression».

L’ancien dirigeant libyen est mort de ses blessures après sa capture à Syrte. «Nous annonçons au monde que Kadhafi a été tué aux mains des révolutionnaires», a indiqué le porte-parole officiel du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi, Abdel Hafez Ghoga. Le ministre de l’Information du nouveau régime a confirmé cette information, rapporte l’agence Reuters.

Peu avant ces messages, la mort de l’ancien dirigeant libyen qui a dirigé le pays d’une main de fer pendant près de 42 ans, avait été annoncée par un responsable militaire du nouveau régime, Abdel Madjid Mlegta. Le commandant des forces du nouveau régime à Syrte, Mohamed Leith, avait, quant à lui, déclaré que Mouammar Kadhafi avait été capturé.

Le corps de Mouammar Kadhafi a été transporté à Misrata, affirme la chaîne de télévision par satellite Al Arabia. Un peu plus tôt, un dirigeant du conseil de transition avait précisé à l’agence Reuters que son corps avait été transféré dans un lieu tenu secret pour des raisons de sécurité. Plusieurs chaînes de télévision ont diffusé une photographie de Mouammar Kadhafi , le visage ensanglanté, présentée comme un cliché pris après sa mort, ce qu’a confirmé un responsable militaire du CNT.

La fin d’une époque

Les commentaires se rejoignent, de Bruxelles à Paris, pour qualifier cet événement de tournant historique. José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy ont publiés un communiqué commun où ils évoquent «la fin d’une ère de despotisme et de répression». Après ce décès signalé par les nouvelles autorités lybiennes, «la Libye peut tourner une page de son histoire et embrasser un nouvel avenir démocratique».

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, considère pour sa part que ce décès représente la «fin de 42 ans de tyrannie, d’un conflit militaire qui a été très éprouvant pour le peuple libyen».

Pour le Premier ministre David Cameron c’est un «jour où il faut se souvenir des victimes» du régime Kadhafi. Le chef du gouvernement britannique désignait les libyens tués au cours des derniers mois ainsi que les personnes décédées après l’explosion d’un avion au-dessus de Lockerbie (Ecosse) en 1988, attentat dans lequel l’ancien dictateur était impliqué.

Selon l’agence italienne Ansa, le président du Conseil Silvio Berlusconi, quant à lui, n’a pas attendu de confirmation officielle pour affirmer que la «guerre est finie».

«Kadhafi a rencontré son destin»

«C’est un moment historique, c’est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin», a indiqué à la presse le porte-parole officiel du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi (est), Abdel Hafez Ghoga. «Nous avons également des informations sur un convoi qui était bombardé par l’Otan alors qu’il fuyait Syrte. Certaines informations font état de la présence des fils de Kadhafi dans ce convoi, nous sommes en train de les vérifier», a-t-il ajouté. La télévision libyenne «Libye Libre» à Tripoli avait auparavant affirmé que l’un des fils de Mouammar Kadhafi «Mouatassim ainsi que Mansour Daou (le chef des services de sécurité intérieure), et Abdallah Senoussi», le chef des renseignements libyens, avaient été capturés à Syrte.

Réaction de l’Espagne

L’annonce de la mort du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, met «un point final à une période triste pour le peuple libyen», a affirmé le ministère espagnol des Affaires étrangères, répétant que les «responsables de la répression» devront être jugés. Il souligne aussi, dans un communiqué, que si le contrôle d’une partie de Syrte par le Conseil national de transition (nouvelles autorités) signifie «la fin des opérations militaires», «des éléments réactionnaires peuvent tenter des actions de déstabilisation et que pour cette raison, il est nécessaire de rester en alerte».

«La confirmation de la mort de Kadhafi et de certains de ses proches collaborateurs met un point final à un période triste pour le peuple libyen» et marque «le début d’une nouvelle ère», estime le ministère. «Maintenant il est nécessaire d’appeler à la réconciliation et à l’unité de tous les Libyens», répète le ministère, qui rappelle que la feuille de route approuvée par les nouvelles autorités du pays prévoit «un gouvernement de transition chargé d’un processus qui mènera à une constitution et des élections démocratiques». «Il est nécessaire que ce gouvernement représente toutes les régions, les idéologies et les sensiblités», selon le texte.

Source: Reuters

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page