.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grève dans l’administration de la Douane:Ataou Soufiano et les opérateurs économiques invitent douaniers et gouvernement au dialogue


Vues : 20

Le président de la Ccib,Ataou Soufiano

Le bras de fer que se livrent le gouvernement et les douaniers a de graves répercussions sur le climat des affaires au Bénin. C’est fort de cet état de fait préjudiciable à l’activité économique que, sous la houlette du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (CCIB), Ataou Soufiano, les opérateurs économiques sont montés au créneau hier, mercredi 28 septembre 2011,

 pour se prononcer sur la situation qui prévaut actuellement avec la grève de soixante douze (72) heures initiées depuis le mardi 27 septembre dernier par le Syndicat des douaniers du Bénin (SYDOB). Assisté pour la circonstance de l’élue consulaire, Mme Ibikunlé Karamatou, le président Ataou Soufiano a invité, au nom des opérateurs économiques du Bénin, « la Douane et ses fonctionnaires à œuvrer pour un retour à la table de négociation ».

Jean-Claude D. DOSSA

                         RESOLUTION DES OPERATEURS ECONOMIQUES FACE A LA GREVE DE LA DOUANE

Depuis quelques semaines, notre pays, la République du Bénin vit une situation de crise persistante qui paralyse à tout point de vue la Communauté des Affaires.

Cette situation interpelle à la fois les décideurs politiques, les leaders d’opinion, les fonctionnaires, les opérateurs économiques et même les consommateurs.

Consciente des difficultés financières de notre pays, consciente de ce que son budget est essentiellement fiscale, la communauté des affaires a décidé d’engager avec l’Etat une série de négociations restant dans son rôle premier de force de propositions.

Dans ce cadre, la Communauté des Affaires a apprécié la main tendue du Gouvernement soucieux de sauvegarder les intérêts des hommes d’affaires tout en protégeant le pouvoir d’achat de la population.

Hélas, la grève sans service minimum de la douane béninoise plonge aujourd’hui les opérateurs économiques béninois dans un profond désarroi.

Cette donne a pour corollaires :

– La dévalorisation de la place commerciale du Bénin;

– La perte de confiance des partenaires commerciaux et financiers;

-Le refus des armateurs de prendre du fret pour Cotonou;

Tous les signaux sont au rouge et les gros perdants sont:

– Les importateurs et les exportateurs;

– Les transitaires ;

– Les transporteurs et les manœuvres;

Au bout du rouleau se trouve le consommateur final qui sera obligé d’acheter très cher son produit.

Tout en reconnaissant à la douane et à ses fonctionnaires le droit de grève et de faire valoir leurs différentes revendications, Nous Opérateurs Economiques toutes catégories confondues souhaitons également rappeler que chaque jour de grève, chaque heure, chaque minute, et même chaque seconde, plonge d’avantage notre pays dans la misère et nous éloigne dangereusement de l’objectif de développement à atteindre.

Nous devons ensemble sauver à travers les actes que nous posons le pouvoir d’achat déjà très faible du consommateur.

Nous, opérateurs Economiques, interpellons la Douane et ses fonctionnaires à œuvrer pour un retour à la table de négociation.

Se faisant et de façon concertée, nous aurons fait œuvre utile et sauvé notre Nation qui nous est chère à tous.

Vive le Bénin.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page