.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réaction de l’ex amazone de la campagne Elan contre la révision inopportune de la constitution:Réckyath Madougou dit oui à la révision et jure que Yayi ne trichera pas


Vues : 19

Reckya Madougou, ministre de la micro-finance

Elle est connue pour avoir été l’égérie de la campagne « Touche pas à ma constitution » initiée en 2005 pour freiner les velléités de révision opportuniste pour favoriser la prolongation du mandat présidentiel du Général Mathieu Kérékou.

 L’ancienne figure de proue de la société civile devenue ministre dans le gouvernement de Boni Yayi a décidé de faire connaître publiquement son opinion sur le processus de révision de la révision de la constitution du 11 décembre 1990.

Cette initiative prise par le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi pour « Invitée de la télévision nationale hier, Réckyath Madougou estime que la polémique qui a cours au sujet de la révision de certaines dispositions de la constitution « est un faux débat ». Pour elle en effet, rien ne permet encore de mettre en doute la volonté du Chef de l’Etat de se soumettre aux dispositions de la loi fondamentale qui limite ses mandats à la tête du pays.

« Le Chef de l’Etat répète à chacune de ses sorties qu’il ne touchera pas aux articles 42 et 44 de la constitution. Il l’a même répété lors de son séjour aux Etats-Unis devant le président Obama et ses pairs de la Guinée, de la Côte d’Ivoire et du Niger », explique-t-elle en substance. Dès lors, pour elle, la polémique en cours vise à divertir et à détourner des préoccupations essentielles du pays.

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



5 thoughts on “Réaction de l’ex amazone de la campagne Elan contre la révision inopportune de la constitution:Réckyath Madougou dit oui à la révision et jure que Yayi ne trichera pas

  1. SOUROU ENAGNON

    TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION. ALORS OU EN SOMMES NOUS.

    LES VRAIS PREOCCUPATIONS DU BENIN COMME VOUS DITES, CE N’EST PAS LA CONSTITUTION.

    LES VRAIS PREOCCUPATIONS DU BENINOIS, C’EST VOIR UN LENDEMAIN MEILLEUR ET NON VOTRE REFONDATION. ALORS CHERE MADOUGOU, APRES LA LEPI, LA REFONDATION ET VOUS NOUS DITES DE FAITES CONFIANCE A VOTRE DOCTEUR GYNECO.
    ON AVAIT CRU EN VOUS MAIS VOUS ETES AVEC VOTRE REFONDATION, LA HONTE DU BENIN

  2. Kemy

    Que nous dites vous Madame La Ministre. S’il vous plait prenez une de vos photos d’il y a 5ans et une d’aujourd’hui et faites la comparaison. Le pouvoir est simplement juteux. Et vous nous dites de nous fier à un politicien. La politique est toujours la politique et le politicien, il faut jamais s’y fier, meme en face des preuves, il nie tout, alors le mieux c’est de ne pas se taire.

  3. Magloire Cossou

    Madame la Ministre a peut-être raison.
    Mais, nous autres qui ne sommes pas dans les arcanes de la politique politicienne avons l’obligation d’être sur nos gardes car nulle part et la démocratie n’est acquise une fois pour de bon. Il faut assurer en permanence ce que je vais désigner comme une veille citoyenne permanente.
    Nous n’avons pas oublié que:
    1. Le Président Tandja de sinistre mémoire,avait dit à qui voulait l’entendre et devant son homologue Sarkozy, qu’il n’allait jamais chercher à se maintenir au pouvoir au-delà des deux mandats réglementaires. On connais la suite.
    2. Le Président Wade, le mentor de Yayi Boni qui le présente lui-même comme son père adoptif, a déclaré “urbi et orbi” qu’il avait verrouillé la constitution sénégalaise pour limiter le nombre de mandats présidentiels à deux au maximum. On connait la suite et ce qui est en train de faire craindre le pire dans les jours à venir.
    Je m’en tiens à ces deux exemples pris parmi tant d’autres pour demander à notre chère ex “Touche pas à ma Constitution” pourquoi elle veut que nous donnions le Bon Dieu à Yayi Boni sans confession et qu’on le croit sur parole?
    Non, tout béninois et toute béninoise digne de ce nom a le droit et le devoir d’être vigilant et de prendre toutes les dispositions requises pour prévenir les dérives qui guettent toute démocratie.
    Ce débat est donc loin d’être un faux débat.

  4. Denis Hodonou

    Je pense qu’il ne sert a rien d’ouvrir un débat qui n’a pas sa raison d’être. Yayi Boni aura eu la chance en 2016 de diriger le Benin pendant 10 ans, et nous lui en serons reconnaissant. Le Benin que je connais très bien n’est pas un pays facile a diriger. Il a eu a faire des choses que certains jugerons merveilleuses, mais que d’autres trouverons inutiles et mauvaises. L’on ne peut pas faire l’unanimité. L’esprit consensuel avec lequel les articles 42 et 44 ont été conçus est irrévocable. Malheureusement, certains partisans de nos chefs d’Etats vont piétiner la queue du serpent en les motivant a une probable révision desdits articles.. Libre a eux de choisir des voies de sortie a la Kerekou… , a la Tanja…, ou a la Gbagbo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page