.
.

Le triomphe de la vérité

.

Réaction de deux Conseillers spéciaux à propos de la Polémique autour de la révision de la Constitution :Elègbè et Hountondji mettent fin aux procès d’intention faits au Chef de l’Etat


Les Conseillers spéciaux du Président de République, Amos Elègbè et ...

« Celui qui touchera aux articles 42 et 44 de la Constitution fera tomber la démocratie au Bénin. Le

... Alexandre Hountondji rassurent sur les réformes engagé par Boni Yayi

Président de la République n’est pas dans cette logique ». Ce sont là les propos de Amos Elègbè, Conseiller spécial aux affaires politiques de Boni Yayi lors de son entretien télévisé d’hier à la télévision nationale, à propos de la brûlante question de la relecture de la Constitution du 11 décembre 1990.

En effectuant une telle sortie médiatique, Amos Elègbè et Alexandre Hountondji, tous deux proches collaborateurs du Chef de l’Etat, entendent rassurer le peuple béninois envahi par une vague de scepticisme alimentée par le processus de révision de la constitution enclenché par la transmission du projet de loi portant révision de la loi fondamentale. Les deux personnalités ont démontré le bien-fondé de cette réforme fondamentale en réaffirmant clairement la ferme volonté du Chef de l’Etat de sauvegarder les fondamentaux de la démocratie affirmés à la conférence nationale.

Les verrous seront sauvegardés

« Les options fondamentales faites lors de la Conférence nationale ne seront pas touchées. » C’est l’assurance donnée hier par les invités de la télévision nationale. En parlant de ces fondamentaux, Alexandre Hountondji et Amos Elègbè ont insisté sur la préservation de l’Etat de droit, de la démocratie libérale, l’option de la forme républicaine de l’Etat et la limitation d’âge et de mandat librement consenties par le peuple béninois lors du référendum ayant consacré la Constitution du 11 décembre 1990.

Le mandat toujours maintenu à cinq ans

Aucun débat politique n’est engagé sur la prorogation du mandat de 5 à 7 ans. Et pourtant, selon de persistantes rumeurs, il aurait été proposé dans le projet de loi portant révision de la Constitution, la prorogation du mandat présidentiel de cinq ans à sept ans. C’est archi-faux, ont unanimement admis les deux Conseillers spéciaux du Chef de l’Etat. « Aucun débat politique n’a été engagé sur ce point », a rassuré le Professeur Amos Elègbè avant d’indiquer qu’il s’agit d’un simple avis émis par le Professeur Albert Tévoédjrè qui n’engage d’ailleurs nullement le gouvernement.

La transmission héréditaire du pouvoir d’Etat formellement interdite

La Constitution du 11 décembre connaîtra une véritable métamorphose si le projet de loi portant sa révision aboutit. Déjà dans le préambule de la nouvelle Constitution qui sera bientôt soumise à l’approbation du peuple, il est clairement mentionné que « le peuple s’opposera à toute transmission héréditaire du pouvoir d’Etat ». Le préambule faisant bloc de constitutionnalité donc, ceux qui ont la prétention de succéder à leur géniteur Président de la République peuvent désormais revoir leurs ambitions.

Avec la nouvelle Constitution, selon les explications d’Amos Elègbè et d’Alexandre Hountondji, de nouvelles institutions seront introduites dans la Constitution. Il s’agit fondamentalement de l’Organe présidentiel de Médiation, de la Commission électorale nationale autonome (Céna) et de la Liste électorale permanente informatisée qui sera instituée comme l’unique instrument pouvant servir aux élections en République du Bénin.

C’est ce qui fait d’ailleurs dire à Alexandre Hountondji qu’avec la nouvelle Constitution, « l’architecture institutionnelle du Bénin va changer ». Et parlant de changement, les deux invités ont rappelé que le fonctionnement de la Haute Cour de Justice va fondamentalement changer. « L’Assemblée nationale ne sera plus un refuge », a affirmé Alexandre Hountondji.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page