.
.

Le triomphe de la vérité

.

Possibilité de blocage de certaines dispositions de la loi pour la révision de la constitution par la Cour Constitutionnelle: Yayi contourne les juges et enclenche un référendum


Vues : 1

Le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi

Boni Yayi a désormais fait son choix. La modification de la constitution du 11 décembre 1990 se fera par voie référendaire. Cette option faite par le Chef de l’Etat transparait à travers le recours à une proposition de loi déposée depuis quelques jours sur la table du président de l’Assemblée nationale par des députés de la mouvance présidentielle.

Le référendum, la nouvelle option de Boni Yayi

Pourquoi Boni Yayi a-t-il eu recours aux députés pour réaliser son ambition de modifier la constitution béninoise quelques mois seulement après les échéances électorales que vient d’enregistrer le Bénin? Pour nombre d’observateurs, l’option faite par le Chef de l’Etat n’est pas fortuite.

En effet, l’initiative d’un projet par Boni Yayi exposerait, à bien des égards, son auteur à bien des contraintes. Le recours au projet de loi, prérogative constitutionnellement reconnue au président de la République, soumet l’initiative à l’examen de la Cour constitutionnelle pour apprécier la conformité des dispositions avec les exigences de la Conférence des forces vives de la Nation qui sous-tend le renouveau démocratique béninois. Dès lors, nombre de modifications voulues par Boni Yayi sont susceptibles de se heurter au rejet catégorique et sans recours de l’institution constitutionnelle.

C’est donc pour l’avoir compris que Boni Yayi qui dispose, depuis les dernières élections législatives d’une majorité à l’Assemblée Nationale a choisi d’impliquer les députés de sa famille politique dans son initiative. Ainsi, en faisant appel aux députés pour initier un projet de loi référendaire dont l’étude fera l’objet d’une programmation plus rapide sur la liste des dossiers à étudier, Boni Yayi vise à contourner les juges pour soumettre au peuple le texte de modification de la constitution.

 Cette option permettrait ainsi, dans l’euphorie suscitée par le K.O issu des récentes échéances électorales, de rééditer l’exploit de susciter une adhésion massive des populations à la nouvelle constitution.

Les soupçons se renforcent

Le Chef de l’Etat clame au cours de toutes ses sorties publiques sa ferme volonté à épargner la constitution du 11 décembre de tout tripatouillage destiné à lui assurer un mandat supplémentaire à la tête de l’Etat. Cette profession de foi peine de plus en plus cependant à convaincre. En effet, en refusant de jouir de sa prérogative constitutionnelle d’initier un projet de loi pour contourner les juges à travers la proposition de loi de ses députés, le Chef de l’Etat renforce les suspicions sur l’effectivité de sa volonté de se soumettre à la limitation du nombre de mandat et à celle relative à l’âge.

 Pour nombre d’analystes d’ailleurs, les multiples sorties du Chef de l’Etat auprès des populations n’auraient en fait pour objectif que d’assurer la mobilisation de ces dernières en vue du référendum au cours duquel leur suffrage sera sollicité. Le boulevard des suspicions se renforce également avec les manœuvres évoquées par certaines indiscrétions sur la volonté du Chef de l’Etat et de ses partisans de procéder dans les prochains jours, à l’élaboration d’une nouvelle proposition de loi en lieu et place de celle actuellement déposée au siège des gouverneurs de Porto-Novo pour examen.

Somme toute, la révision de la constitution entre dans une phase de grande suspicion avec la proposition de loi des députés de la mouvance et met Boni Yayi face à ses responsabilités dans la consolidation du modèle démocratique béninois.

Wandji A

Reviews

  • Total Score 0%



3 thoughts on “Possibilité de blocage de certaines dispositions de la loi pour la révision de la constitution par la Cour Constitutionnelle: Yayi contourne les juges et enclenche un référendum

  1. Basile Goussanou

    Pourquoi penser que c’est à des fins personnelles que la constitution veut etre modifier?
    reconnaissons que cette constitution à besoin une touche. je ne pense pas que BONI YAYI puisse tomber bas pour une 3é mandature
    tout compte fait je le soutien dans sa lutte our un BENIN prosper et constitutionnellement adequat

  2. AISSOUN

    Réviser la constitution n’est pas une mauvaise en soi mè moi j demande o chef de l’état d’agir en un bon chef de fammille;d’oublier ses intérèt et de penser seulemnt à l’intèrê du peuple.

  3. hounkponou

    Le mandat présidentiel doit être limité absolument à cinq ans. Un mandat de sept ans est psychologiquement épuisant pour le peuple surtout quand le chef est moche.Vivement que Boni Yayi ne nous soumette à cette dégoûtante épreuve de lutte contre la révision de l’article concernant la limitation du mandat présidentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page