.
.

Le triomphe de la vérité

.

Deux questions au Ministre des Affaires Etrangères sur la position du Bénin par rapport à la crise en Libye:« Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a donné latitude à chaque Etat de prendre position sans engager l’organisation; c’est ce qui a décidé le Bénin en terme de reconnaissance du CNT »


Vues : 2

En partance pour la Suède pour prendre part, au nom du gouvernement béninois, à Stockholm du 5 et 6 Septembre 2011, à la 6ème conférence annuelle des ministres des affaires étrangères des pays nordiques et d’Afrique, le Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine, de la Francophonie et des Béninois de l’Extérieur monsieur Nassirou BAKO-ARIFARI a répondu aux brûlantes préoccupations de la presse suite à la déclaration de soutien du gouvernement béninois au Conseil National de Transition (CNT) dans le cadre de la crise en Libye. Voici ce que répond Nassirou BAKO ARIFARI : « Le conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine a donné latitude à chaque Etat de prendre position autant que possible, séparément, sans engager l’organisation ; c’est ce qui a libéré le Bénin pour prendre sa position en terme de reconnaissance du CNT et que nous assumons »

Le ministre des affaires étrangères, Nassirou Arifari Bako

Monsieur le Ministre des affaires étrangères, en Libye, notamment à Tripoli, nous avons une forte communauté béninoise et les nouvelles en provenance de ce pays en crise ne sont pas bonnes pour les noirs africains. Est-ce que le Bénin a pris des dispositions pour garantir la sécurité des nôtres là-bas ?

Nassirou BAKO ARIFARI : Je peux vous dire qu’à chaque fois qu’une alerte nous est parvenue concernant les béninois vivants en Libye, avant même l’entrée des forces du CNT à Tripoli, nous avons pris des dispositions pour assurer leur rapatriement. Nous avions des compatriotes qui étaient en poste à la CEN-SAD à Tripoli, lorsque la menace était précisée, l’Ambassade nous avait saisi et nous avons pris des dispositions pour les évacuer et donc ces personnes sont rentrées au Bénin.

 Pour le moment, nous n’avons pas été directement saisi de la situation concernant des citoyens béninois résidents en Libye. Nous sommes aux aguets et à la moindre information, nous essayerons de prendre contact avec qui de droit pour trouver des solutions d’évacuation. Donc nous restons vigilent pour répondre immédiatement par rapport à cette situation.

Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, le Bénin a reconnu le CNT (Conseil National de Transition) alors que l’Union Africaine, à laquelle appartient le Bénin ne reconnait pas encore cette organisation. Est-ce que le gouvernement béninois à une explication relative à cette situation en Libye ?

L’Union Africaine prend position à l’occasion de ses sommets. Le dernier sommet qui s’est tenue à Malabo avait élaboré une feuille de route de sortie de crise ; la feuille de route n’a pas requis l’assentiment de toutes les parties en conflit. Entre temps, la situation a évolué, il y a eu la réunion du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine et à cette occasion, latitude a été donnée à chaque Etat de

prendre position autant que possible, séparément, sans engager l’organisation, parce que sans un sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernement, on ne peut pas dégager une position commune ; donc dans l’intervalle de deux sommets, et vue l’évolution de la situation, il a été autorisé aux différents Etats de se prononcer séparément s’ils le désirent. Et c’est ce qui a libéré le Bénin pour prendre sa position en terme de reconnaissance du CNT et que nous assumons.

Propos receuillis par

Gérard AGOGNON

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page