.
.

Le triomphe de la vérité

.

Blasphème de la divinité Oro à Sakété et violent affrontement entre musulmans et adeptes Oro:Les commanditaires démasqués dans le rang des fanatiques d’un quartier


Vues : 8

L’une des victimes du drame

Samedi 20 Août 2011 dans la commune de Sakété située dans le département du plateau, il sonne environs 23 heures dans le quartier de Gbokoudai-Dégoun. L’imam central de Sakété El –Hadj Nourou Dine NAIBI décide d’organiser la prière de Tawadjoude dehors en présence des femmes.

Cette décision qui est en contradiction avec l’accord qui le lie aux responsables du culte Oro oblige les dignitaires du culte Oro à se rapprocher de l’imam en compagnie du chef de brigade pour attirer son attention sur le chaos qu’il prépare alors qu’il est partie prenante à un protocole de bonne conduite. Pour éviter toute tension, la délégation conduite par le CB de sakété a suggéré à l’Iman de faire aboutir sa prière en présence des hommes et non celle des femmes comme il l’envisageait. Une façon d’agir qui concorde selon eux avec les normes conclues et respectées dans les autres quartiers.

L’iman oppose un refus catégorique à cette proposition, ce qui a poussé le premier responsable en charge de la sécurité de la commune à exhorter les dignitaires du culte Oro à la patience afin de parer aux pires. Une fois le CB parti des lieux, l’imam a interdit toute circulation dans le quartier. Ainsi, tous ceux qui étaient surpris et sur qui pesaient des soupçons sont passés à tabac à coup de machettes et de l’acide versé sur leur corps. C’est ainsi que le prêtre « Adjanan » a été attaqué par les hommes de l’imam. Alertés, les adeptes sont venus pour porter assistance à leur seigneur.

Mais à leur grande surprise, ils ont été accueillis à froid par des jets de pierres par une troupe bien armée et organisée. Le nommé Ganiou Biokou qui a quitté Ita-Ogou pour se rendre à Gbokoudai-Dégoun son domicile, est tombé dans les mailles des anti-Oro et a été sévèrement frappé. Le sieur Oluwa Adébayo qui se rendait chez sa maman pour le partage d’un repas en famille, a subi le même sort. Selon les témoignages recueillis, c’est dans ces circonstances que la tension a pris, ceci en violation de tout protocole d’accord qui les lie, après affrontements historiques de 2004.

Un accord dont les termes reposent sur la fermeture systématique des voies le 3ème, 7 ème et 17ème jour aux femmes et non initiés. Les autres jours, les femmes et les non initiés sont interdits de circuler de 23 heures à 4 heures du matin au lieu de 22 heures à 6 heures comme de coutume.

Les origines du désaccord

Depuis l’année 2010, la célébration annuelle des festivités de la divinité Oro coïncide toujours avec le mois de jeûne musulman. Et pour que les deux communautés qui ont des pratiques très peu conciliables se réjouissent dans la paix et la ferveur, des dispositions sont prises par les responsables des deux entités pour éviter des débordements. Mais pour la deuxième fois, le non respect des dispositions par l’une des entités, principalement les responsables musulmans a fait éclater des tensions dans la commune de Sakété.

Selon Le porte-parole des adeptes Oro, Paul Adédolou est catégorique. « Depuis son intronisation qui est l’œuvre des dignitaires du culte Oro, l’imam central de Sakété ne respecte pas, selon les adeptes Oro, le contrat qui existait et qui lie historiquement les deux congrégations. Un accord dont les termes reposent la fermeture systématique des voies le 3ème, 7 ème et 17ème jour aux femmes et non initiés.

Les autres jours, les femmes et les non initiés sont interdits de circuler de 23 heures à 4 heures du matin au lieu de 22 heures à 6 heures comme de coutume ». C’est là le nœud du problème entre les dignitaires du culte oro et l’imam, a-t-il avoué à l’occasion de la déclaration rendue publique devant tous les adeptes

Un acte blasphématoire

De mémoire d’homme à Sakété, jamais la femme n’est sortie de son domicile lorsque la divinité Oro parait. Et pourtant, c’est cet interdit sacré qui est constamment violé dans la commune de Sakété, malgré l’accord secret qui est existe entre les responsables musulmans et les responsables du culte Oro et qui est à l’origine des fréquentes violences dans cette région.

Le lourd bilan que laisse le dernier incident en date du samedi 24 Août né de l’affrontement entre les fidèles musulmans et les adeptes du culte Oro mérite que des mesures énergiques soient prises pour châtier les auteurs d’acte de violence que les adeptes du culte Oro attribuent aux responsables musulmans de la région.

Dans une déclaration qu’ils ont faite hier devant le couvent Igbo Oro Ti Ilu, les adeptes du culte Oro de la commune de Sakété dit leur part de vérité sur cette affaire qui les oppose aux musulmans de Gbokoudai-Dégoun et ont publiquement rendu responsable l’imam de la mosquée centrale de Sakété du triste bilan (blessés graves, d’importants dégâts matériels) des derniers affrontements.

Wandji A

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page