.
.

Le triomphe de la vérité

.

Profond malaise à l’Agence pour la promotion et l’appui aux petites et moyennes entreprises:Les agents du Papme appellent Boni Yayi au secours


Vues : 4

Ça bourde à l’Agence pour la promotion et l’appui aux petites et moyennes entreprises (PAPME). Et pour cause, les travailleurs de cette structure jadis enviée de tous dénoncent un épais flou qui s’empare de la gestion des finances de cette société à caractère social. Au nombre des dénonciations des travailleurs, figure en bonne place la vertigineuse régression de l’encours sain de crédit.

En effet, selon leurs explications, au titre du 31 mai 2011 dernier, l’encours sain de crédit ne s’élève qu’à 1 milliard 500 millions de Francs CFA contre 7 milliards au 31 décembre 2008, soit une baisse drastique de 365%. Cette situation qui paraît inquiétante amène les travailleurs de l’entreprise à se poser de multiples questions liées notamment au remboursement de la dette de l’Etat béninois à travers la Caisse autonome d’amortissement (CAA) et les milliards dus aux banques par l’entreprise.

C’est également un malaise qui contraint les travailleurs à douter de la capacité réelle de la société à pouvoir payer leur salaire l’année prochaine. Sentant ainsi leur avenir hypothéqué, les travailleurs s’en remettent désormais au Chef de l’Etat au nom de son projet de refondation de la République pour les tirer d’affaire afin que la structure retrouve ses anciennes marques qui font d’ailleurs la fierté des clients, des travailleurs et du Bénin d’une façon générale.

 Il faut rappeler qu’outre ces faits dénoncés, les travailleurs de l’Agence pour la promotion et l’appui aux petites et moyennes entreprises sont également très remontés contre ce qu’ils appellent des pratiques très peu orthodoxes qui foulent totalement au pied, les textes de l’entreprise. Il s’agit notamment de certaines opérations financières effectuées sans aucun respect des règles établies entremêlées de l’affairisme et du favoritisme, toute chose que n’apprécient guère les travailleurs.

En plus de tout ceci, les travailleurs dénoncent une gestion inquiétante des ressources humaines de l’entreprise qui selon leurs explications sont contraintes au silence au risque de perdre leur emploi.

Benjamin Sèmèvo

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page