.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration du ministre Jean-Michel Abimbola:« Le Pvi a un impact économique mais aussi sécuritaire pour le Bénin »


Le ministre de l’Economie maritime, Jean-Michel Abimbola

Les réformes portuaires n’ont pas fini de faire parler d’elles. Invité de « Débats actuels » de Golfe FM et Golfe Télévision, Jean-Michel Abimbola, le ministre délégué auprès du président de la république, chargé de l’économie maritime, du transport maritime et des manutentions portuaires s’est attelé à éclairer l’opinion sur les réformes engagées par le gouvernement du Dr Boni Yayi pour faire du Port autonome de Cotonou (PAC) un port dynamique et compétitif. Du Programme de Vérification des Importations (PVI Nouvelle génération) qui suscite émoi et remous au guichet unique en passant par le bureau d’embauche et le centre de contrôle informatisé pour la gestion des camions gros porteurs, la palette des réformes initiées par le gouvernement a pu bénéficier d’une plaidoirie de poigne du ministre.

Selon Jean-Michel Abimbola, le PVI Nouvelle génération a été mis en place pour pouvoir vérifier toutes les marchandises qui rentrent dans notre pays. Le dispositif mis en place permettra, à en croire le ministre, à l’Etat béninois de contrôler des recettes douanières qui autrefois lui échappaient par le biais de la pratique des valeurs consensuelles qui constitue une formule pratiquée nulle part ailleurs dans le monde.

 Il faut que le Bénin se mette au pas des normes internationales, a-t-il martelé car démontre-t-il, ni les règles de l’organisation mondiale des Douanes, ni celles de l’organisation mondiale du Commerce ne reconnaissent cette pratique que défendent aujourd’hui ceux qui sont opposés aux réformes. Avec la mise en application du PVI, il ne sera plus question pour les importateurs de déclarer un produit en lieu et place d’un autre.

 Ceux qui déclarent avoir importé par exemple du riz alors que leurs conteneurs contiennent de l’huile n’auront plus pion sur rue au sein de la République avec cette nouvelle réforme, à en croire le ministre. Ce faisant, a-t-il démontré, le gouvernement béninois pallie par ailleurs à une grande question sécuritaire en prévenant de fausses déclarations en lieu et place de conteneurs remplis d’armes. Grâce au suivi électronique que constitue le tracking, l’on évitera, selon le ministre Abimbola, le déversement sur le territoire béninois des marchandises destinées à d’autres pays, ceux de l’hinterland notamment.

La douane conserve toujours ses attributions

Montrée du doigt par certains acteurs du PAC, la société Bénin Control SA chargée du PVI Nouvelle génération n’enlève pas à la douane ses attributions, explique le ministre des réformes maritimes. Faisant appel par ailleurs à la fibre patriotique des Béninois étant donné que la société appartient à un Béninois, Jean-Michel Abimbola a rassuré l’opinion sur le fait que Bénin Control, à qui le gouvernement par l’intermédiaire du ministère de l’économie et des finances, a concédé la gestion du PVI vient plutôt en appui la douane.

Par rapport au guichet unique qui figure au nombre des réformes, Jean-Michel Abimbola a indiqué qu’il concerne surtout la douane et sera officiellement lancé d’ici mi-septembre par le chef de l’Etat. Il a ajouté que tous les acteurs intéressés ont été formés à l’utilisation de ce guichet. Acteurs du PAC, les dockers sont aussi concernés par les réformes à travers la création d’un bureau d’embauche qui selon Jean-Michel Abimbola vient répondre au souci d’assainir la gestion de cette main d’œuvre et améliorer leurs conditions de vie des dockers.

Rappelant les désagréments causés par l’installation anarchique des camions gros porteurs, le ministre a annoncé que le centre de contrôle informatisé pour la gestion des camions gros porteurs viendra mettre un terme à ces ennuis en décongestionnant la zone portuaire avec la construction aux périphéries de Cotonou de trois 3 grands parkings qui seront reliés au PAC par un système de GPS.

La sécurité des eaux béninoises

Outre les réformes proprement dites d’autres sujets de l’actualité ont suscité la réaction du ministre. Ainsi, la flambée des prix constatée sur les marchés du Bénin, n’a selon lui rien à voir avec les réformes et dénote plutôt d’un comportement abusif et antipatriote auquel le gouvernement a décidé de mettre un terme.

Les attaques fréquemment enregistrées dans les eaux béninoises infestées de pirates ont également fait l’objet d’éclairage de la part de Jean-Michel Abimbola. A propos de ce phénomène préoccupant qui touche directement au secteur de l’économie maritime, le ministre s’est beaucoup plus appesanti sur les mesures prises par le gouvernement pour contrôler la situation et sécuriser davantage les eaux territoriales. Il a alors évoqué à titre d’exemple, le déplacement du Président de la République aux Etats-Unis où il a échangé avec le président américain Barak OBAMA et le Secrétaire général des Nations Unies BAN ki MOON d’où sont ressorties des perspectives de solutions.

Pa r ailleurs, le Bénin a commandé, a confirmé le ministre, deux patrouilleurs qui permettront de renforcer les capacités d’intervention des forces navales. Avec le soutien des Etats –Unis, les forces navales béninoises recevront aussi des enseignements liés au droit maritime opérationnel sans compter l’appui technique américain qui ne doit plus tarder à rejoindre nos côtes. En outre, le déplacement du chef de l’Etat vers le Nigéria permettra, selon le ministre, de prendre des mesures concertées pour l’ensemble des pays concernés dans le Golfe de Guinée.

Flore S. NOBIME (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Déclaration du ministre Jean-Michel Abimbola:« Le Pvi a un impact économique mais aussi sécuritaire pour le Bénin »

  1. stephane zinzindohoue

    Toutes ces reformes sont interessantes et tres attendues par les professionnels du milieu portuaire, toutefoos faudrait s’assurer de leur perenite et de la bonne volonte des acteurs a les appliquer.la plateforme portuaire etant heterogene il faudra accentuer la sensibilisation des operateur et surtout ceux de l’hinterland. Il y va de la survie de notre port.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page