.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration de Albert Tingbé-Azalou, sociologue:« Le régionalisme a été plus utilisé aux élections de 2011 qu’aux autres élections »


Vues : 8

TINGBE AZALOU

A la faveur de l’atelier d’évaluation et d’analyse du processus électoral de 2011 organisé par le bureau régional de la Fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES) qui s’est tenue le jeudi 16 juin 2011 à Cotonou, l’ancien chef du département de sociologie-anthropologie de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), Albert Tingbé-Azalou a présenté une communication fort appréciée sur le thème « Le régionalisme et l’urgence de la cohésion sociale au Bénin ». Lire ci-dessous un décryptage de cet acteur averti sur le rôle du régionalisme dans les dernières élections présidentielles et législatives.

« Le régionalisme a été l’un des instruments utilisés par les politiciens pour monter leurs stratégies par rapport aux élections. C’est vrai que cela constitue un outil traditionnellement reconnu, dont l’utilisation est très répandue en Afrique, mais par rapport aux élections de 2011, le régionalisme a été utilisé avec acuité. Et tous les discours mettent en exergue le nord et le sud, le sud et le sud et les conflits entre partisans du nord aussi.

 Et la particularité ici, ce n’est pas seulement le nord et le sud, mais même au sud, il y a des divisions mais au nord également, le régionalisme a été utilisé comme un moyen de conquête du pouvoir électoral, une manière d’emmener les populations à voter pour le fils du terroir ; une logique très bien partagée. Mais l’acuité cette fois par rapport aux élections aux 2011 a été telle que c’est devenu pratiquement une pesanteur qui a eu ses résultats aussi. Parce qu’à un moment donné, par rapport à l’UN, on a parlé du sud, regroupement qui compte des politiques et des acteurs politiques du sud.

 Et puis à quelques semaines des élections, l’enjeu a été déclaré que c’est le nord qui comptait et non l’unique candidat du nord au sein de l’exécutif. Donc, c’est le nord qui était l’enjeu. C’est à ce point de vue que je dis que le régionalisme a été un instrument savamment utilisé au cours des élections de 2011.

Par la suite, une analyse diagnostique a permis de relever le fait que, en principe, il doit avoir une cohésion sociale à l’échelle nationale. La cohésion ne devrait pas s’arrêter au niveau des acteurs d’une même région par rapport à une même structure politique, un même parti politique mais il nous faut une cohésion nationale pour sauver la patrie qui est en danger ».

Jean-Claude D. DOSSA

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page