.
.

Le triomphe de la vérité

.

Injustice dans la gestion de l’affaire de placement illégal:Le comité de suivi dans le collimateur des épargnants Icc-services, As Finances et consorts


Après des mois de chagrins, de pénitence, les déposants de Icc-service, As-Finances et consorts sont très fatigués et déçus du show médiatique de la présidente du comité de suivi, Madame Sévérine Lawson, chargé de la gestion du dossiers de placement. Ils déplorent les acrobaties médiatiques de la présidente du comité de suivi pour endormir leur conscience.

Se rappelant en effet qu’en septembre 2010, l’ex-ministre Candide Azannai, porte-parole du gouvernement avait, au cours de son compte du conseil des ministres, dit que ce sont les structures elles-mêmes qui payeront leurs déposants, les déposants des structures de placement sont étonnés de constater qu’après la vente aux enchères publiques des véhicules des promoteurs de ICC-SERVICES, et malgré la disponibilité de 964 millions fcfa pour le compte de cette structure de placement d’argent et 1.6 milliards pour le compte de As-Finances, montant pourtant déclaré suffisant par madame Lawson pour que les promoteurs démarrent leurs remboursements, rien n’a bougé et la situation carcérale des promoteurs n’a pas non plus évolué. A quand le réel démarrage des payements des déposants de Icc-services, As Finances et consorts ? Bien malin qui pourra le dire.

Mais il y a désormais une certitude. Les déposants, qui comptent d’ailleurs sur ces avoirs, en ces temps de vie chère, pour préparer la rentrée scolaire de leurs enfants, dénoncent avec véhémence la gestion de ce dossier par le comité de suivi. Estimant qu’il a été recensé 204 structures de placements parmi lesquelles il n’y a que neuf (09) dont Icc-services ont leur promoteurs et quelques employés détenus depuis un an alors que les autres jouissent d’une liberté d’action sans être inquiétés, les déposants des structurent de placement déduisent qu’il y a là une politique de deux poids deux mesures entretenue dans ce dossier.

 C’est pourquoi, ils s’en remettent désormais au Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi pour qu’ils les aident à trouver une justice sociale dans ce dossier. C’est à ce prix que la refondation qu’il prône va poursuivre sa route au grand bonheur du peuple. Par des coups de gueules, ces déposants appellent le président de la république à peser de tout son poids dans ce dossier pour que les paiements démarrent avant la rentrée scolaire.

Wandji A

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page