.
.

Le triomphe de la vérité

.

Renouvellement de l’encadrement technique des Ecureuils:Edmée Codjo accepte un cadeau empoisonné


Vues : 0

L’un des plus célèbres entraineurs de l’histoire du Bénin vient une fois encore d’être nommé à la tête de l’équipe nationale de football. Il s’agit bien évidemment de Codjo Edmée. Si les autres fois l’homme a été souvent appelé pour conduire les destinées de l’équipe nationale avant l’ouverture des éliminatoires, sauf quelques rares fois, cette fois-ci c’est le contraire.

Il est jeté dans le combat des éliminatoires presque au moment où la messe est déjà dite presque lorsque la honte a été déjà consommée par les férus du cuir rond béninois. Une manière ou d’une autre, le nouveau sélectionneur qui n’a pu résister à l’appât du ministre Didier Aplogan, sera comptable d’une élimination certaine du Onze national. Pourtant, beaucoup de paramètres montrent que cet acte aurait dû être mieux mûri dans une prise de décision de Codjo Edmée.

La crise n’est de nature à rendre service

Il est évident. Il l’a d’ailleurs démontré à plusieurs reprises qu’il est un patriote avéré. Codjo Edmée a certainement pesé le côté de la patrie pour prendre sa décision de revenir à la tête d’une équipe qu’il connait bien. Mais à voir de près, la situation actuelle est telle que toutes les bonnes intentions seront vouées à l’échec.

 En effet, deux camps s’affrontent réellement à visage découvert depuis le 20 décembre 2010, date de la démission de 12 des 15 membres que compte le bureau exécutif de la fédération béninoise de football. S’en est suivi un pourrissement total de l’atmosphère du football béninois. La tâche du nouvel entraineur des Ecureuils ne sera pas facile. Même s’il connait bien la maison, il lui sera difficile de sortir ses poulains locaux et étrangers de la crise. Car chaque joueur a ses préférences dans la guéguerre qui secoue le football béninois. Il y en a qui sont pour le camp Anjorin et d’autres qui soutiennent clairement Attolou et ses hommes.

 Lors des différentes sorties de l’équipe nationale, c’est un secret de polichinelle. Les internationaux béninois ne sont plus unis derrière le même idéal : le drapeau national. La crise est passée aussi par là. Depuis que cette crise a éclaté, il est quasi impossible qu’un entraineur parvienne à réunir tous les joueurs qu’il souhaite avoir pour élaborer sa stratégie.

En dehors de tout ceci, il y a que le Onze national est déjà out de la Can 2012. Il n’y a plus d’enjeu immédiat. Peut-être que l’homme a une vision lointaine. Pourvu qu’il ait les coudées franches pour faire le travail sur la distance. Parce qu’au Bénin, c’est difficile pour un technicien de faire un long séjour à la tête des Ecureuils.

José Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page