.
.

Le triomphe de la vérité

.

Contestation du Programme de Vérification des Importations de nouvelle génération:Le ministre des finances certifie l’utilité du PVI pour l’économie béninoise


Vues : 1

 

La ministre de l’Economie et des finances, Mathys Adidjatou

A l’hyperactivité médiatique des opérateurs économiques portuaires dénonçant le Programme de Vérification des Importations ont succédé les sorties des autorités de l’administration financière et responsables de Bénin Control ayant en charge l’exécution du Programme. De la confrontation des différents argumentaires, la lumière commence définitivement par jaillir sur cette réforme.

L’intervention du ministre de l’économie et des finances Mathys Adidjatou sur la chaîne nationale de télévision a définitivement convaincu l’opinion du grand tort qu’une suspension du Pvi peut causer aux réformes portuaires et aux perspectives de renforcement des caisses de l’Etat.

En effet, selon la ministre des fiances, l’intervention du secteur privé dans ce domaine des importations sur le territoire béninois est un gage de dynamisme et d’efficacité incomparable au rythme de l’administration publique. La société Bénin Control qui exécute le programme s’est déjà dotée, à en croire le ministre des finances, d’importants matériels modernes de contrôle estimés à plusieurs milliards de francs Cfa.

 Un investissement que le l’administration douanière ou l’Etat central ne pouvait faire aussi aisément. Ce qui donne aujourd’hui au contrôle des marchandises au Bénin, tout son caractère sérieux et professionnel suivant les normes internationales. Pour le ministre, cette réforme est alors impérative au regard des multiples rapports de fuite immense de recettes pour le trésor public.

Quant aux critiques d’une surévaluation des marchandises par le Pvi, le ministre a démontré de façon très péremptoire que le Pvi n’a nullement changé la réglementation douanière en vigueur depuis la mise en œuvre du tarif extérieur commun et de la valeur transactionnelle. Selon elle, le Pvi intervient simplement comme un dispositif de meilleur contrôle des éléments de dédouanement qui existaient déjà.

En somme, l’opposition aujourd’hui enregistrée contre cette réforme à ses causes ailleurs que dans le simple fait d’une prétendue surévaluation des marchandises. Surtout déjà que tous les acteurs s’accordent sur la nécessité de profondes réformes au port autonome de Cotonou et dans l’organisation douanière.

Wandji A

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page