.
.

Le triomphe de la vérité

.

Récupération des bouteilles vides et objets recyclables:Des stagiaires canadiennes valorisent l’activité des femmes « gohotos »


L’activité de réccupération des bouteilles perdues reçoit un nouveau regard

Depuis quelques semaines, six stagiaires canadiennes du Projet Quebec Sans Frontières, séjournent au Bénin aux côtés des femmes récupératrices de bouteilles vides de Cotonou. Ces femmes dites « Gohotos » bénéficient ainsi de l’apport de ces stagiaires qui s’investissent dans des volets connexes à l’activité principale de récupération pour un mieux-être des Gohotos.

A « Gossodji », stands de vente des bouteilles perdues et objets recyclables de Dantokpa, le plus grand marché du Bénin, clients et vendeurs négocient comme à l’accoutumée la vente d’objets recyclés. Rien de particulier cet après-midi de juin, dans ces stands où sont entreposées des tonnes d’objets et bouteilles vides recueillies de maison à maison par des bonnes dames appelées Gohotos.

Seulement la présence depuis quelques semaines aux côtés des femmes Gohotos, de quelques femmes blanches s’investissant pleinement dans leur quotidien, peut néanmoins attirer l’attention. Ce sont des stagiaires canadiennes du Projet Quebec sans Frontières. Entièrement intégrées dans l’activité de récupération des bouteilles perdues et objets recyclables que pratiquent ces femmes, ces stagiaires espèrent apporter une contribution dans l’amélioration des conditions de travail de ces femmes.

A cet effet, nous confie Chloé César l’une des stagiaires, « au départ nous avions fait une analyse des besoins c’est-à-dire qu’est-ce que nous pouvons apporter aux femmes. Il se révèle qu’il y a un besoin certain au niveau santé et sécurité car dans leur activité de nettoyage, elles sont confrontées à des blessures et la présence des enfants dans ce milieu de travail constitue un grand risque ». Pendant alors la soixantaine de jours passés au Bénin, elles se sont évertuées dès les premières semaines, à alors sensibiliser les dames pour un aménagement plus sécurisant de leur cadre de travail.

« Nous avons tenu un atelier sur la santé juste pour permettre aux femmes de soigner les blessures auxquelles elles sont confrontées quotidiennement. Par ailleurs, nous nous sommes rendu compte que la plupart des femmes parlent la langue Goun (une langue locale du sud Bénin, ndlr), alors nous essayons de les initier à quelques notions de la langue française pour leur permettre de mieux communiquer avec leurs clients ».

Mais pour ces femmes qui continuent, après près d’un siècle de pratique de cette activité, à subir le regard péjoratif des autres classes de la société, l’intérêt de ces stagiaires canadiennes pour leur activité revêt un caractère revalorisant pour leur profession. Pour les stagiaires, leur objectif est justement de contribuer à valoriser l’activité de ces bonnes dames.

«Nous notre regard sur ces femmes, est très positif car elles permettent de récupérer des objets qui auraient pu aller en poubelle pour leur donner une nouvelle vie. Chez nous, la récupération des déchets est très valorisée. Donc on trouve très important ce que font ces femmes pour leur environnement », précise Chloé. En effet, il est estimé à environ 7 tonnes, les déchets que collectent quotidiennement ces femmes dans la ville.

A la fin de leur stage à Cotonou aux côtés des femmes Gohotos, ces stagiaires appellent à un nouveau regard de la société béninoise sur l’importance du travail de ces femmes dans leur milieu.

Médard GANDONOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Récupération des bouteilles vides et objets recyclables:Des stagiaires canadiennes valorisent l’activité des femmes « gohotos »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *