.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration de la fête de l’indépendance à Natitingou:Les fausses notes qui ont réduit l’éclat du festin national


Vues : 2

Devant l’ennui que génère le défilé civil, des gens n’ont que leurs yeux pour dormir, d’autres s’occupent bien au téléphone

Plusieurs situations ont terni l’éclat des festivités marquant le 51ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale célébrée à Natitingou dans les département de l’Atacora. Il s’agit entre autres, de la remarquable absence des anciens Présidents de la République, Nicéphore Dieudonné Soglo et du patriarche Emile Derlin Zinsou, de l’absence totale des troupes étrangères et délégations internationales et de l’invitée surprise, c’est-à-dire la pluie qui s’est abattue sur la ville juste au moment des différentes manifestations.

Le boycott des anciens Présidents à l’exception du Général Mathieu Kérékou

Bis repetita pour les anciens Présidents de la République, Emile Derlin Zinsou et Nicéphore Dieudonné Soglo. Comme à l’investiture du Président de la République, Docteur Boni Yayi réélu au premier tour en mars dernier pour un second quinquennat, ces deux anciens Présidents de la République ont encore brillé par leur absence aux différentes manifestations officielles du premier août à Natitingou. Ils ne se sont ni présentés au défilé civil, ni au défilé militaire pour marquer leur soutien à Boni Yayi.

Comme on pouvait s’y attendre, c’est uniquement le prédécesseur du Chef de l’Etat, Général Mathieu Kérékou qui a fait le déplacement pour une fois encore témoigner de sa solidarité à l’homme qui aura inscrit dans les annales de l’histoire politique du Bénin en battant son adversaire politique au premier tour des élections présidentielles. Cette situation a laissé peser un épais malaise sur les festivités que d’aucuns qualifient d’une célébration d’anniversaire dans la division.

Les troupes étrangères et délégations internationales absentes aussi

Hormis quelques ambassadeurs comme celui de l’Allemagne qui ont marqué de leur présence au festin national, les manifestations du 51ème anniversaire de l’indépendance du Bénin n’ont enregistré comme il est de coutume, aucune délégation étrangère. Même les accords de coopération Sud-sud n’ont pas fonctionné.

Il n’y a donc eu à ce festin national, ni troupes étrangères, ni délégations internationales représentées aux manifestations du premier août de cette année. Tout s’est strictement limité aux nationaux, ce qui amène certains à douter de la bonne organisation de cette fête qui permettait aux populations de découvrir les délices du défilé des troupes étrangères comme celles du Nigéria et du Ghana qui par le passé ont toujours émerveillé le peuple béninois de par leurs prestations.

La pluie, l’invitée surprise

On n’y croyait peut-être pas, mais c’est arrivé. Le temps n’a pas été du tout clément avec les manifestations de la célébration de la fête de l’indépendance à Natitingou. Durant les deux jours réservés pour les festivités officielles, la pluie s’est invitée dans la fête. Du coup, c’est bien sous la pluie que les populations ainsi que les invités de marque ont dû suivre le défilé civil et militaire.

 Pour tenir, d’aucuns ont dû user de leur parapluie pour se préserver des gouttelettes d’eau qui n’ont pas cessé de s’abattre sur les différents participants. Même les majorettes ont subi les affres de ce mauvais temps auxquels elles ont résisté malgré tout. Si cette situation pour certains constitue une bénédiction, pour d’autres, c’est bien la preuve qu’un malaise profond continue de peser sur le Bénin.

Un retard désobligeant

On croyait qu’à Natitingou, le Chef de l’Etat aurait fait exception à son habituel retard dans le lancement des manifestations officielles. Erreur ! Le retard dans le démarrage du défilé civil à Natitingou marquant le 51ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale aura battu tous les records. La preuve, pour un défilé civil prévu pour être démarré à 11 heures, le Chef de l’Etat ne s’est présenté sur les lieux qu’après 15 Heures.

 C’est un retard record que les populations n’ont pas apprécié compte tenu notamment du mauvais temps qui a accompagné les manifestations toute la journée. Si un retard d’environ deux heures à Porto-Novo avait suscité indignation de la part de la plupart des participants au cinquantenaire de l’indépendance de notre pays, on s’imagine bien l’état d’âme des populations de Natitingou lorsque le Chef de l’Etat, Docteur Boni Yayi ne s’est invité qu’au défilé civil qu’après 4 heures de retard sur l’heure réglementaire pourtant programmée.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page