.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pionnier et victime de son génie créateur dans les véhicules d’occasion:Tony Adjovi fait des déballages et s’engage pour une filière porteuse d’espoir pour l’économie nationale


Vues : 2

Tony Adjovi l’initiateur de la filière des véhicules d’occasion au port de Cotonou

Invité sur l’émission « Débats actuels » sur Golf Fm, Tony Adjovi l’initiateur de la filière des véhicules d’occasion au port de Cotonou a dévoilé les dessous de son calvaire avec l’entourage de Boni Yayi1. Pendant plus d’une heure d’horloge, le défenseur de la filière des véhicules d’occasion a étalé les défis à relever dans le domaine, fait part de ses ambitions et de son engagement à accompagner le Chef de l’Etat dans sa vision de la refondation.

En effet, parti des incidents d’il y a douze ans sous le régime Mathieu Kérékou, Tony Adjovi a fait au début de l’émission le parcours épineux qu’il a fait dans cette filière. D’abord, de retour d’exil dans les années 2004-2005, Tony Adjovi très inspirer, a voulu donner une nouvelle ère à la filière dont il est l’initiateur. Mais jusqu’à présent, les choses ne semblent pas décoller du fait, selon l’invité, de la mauvaise foi de certaines personnes proches du Chef de l’Etat.

Pour la mise en œuvre réelle de ses projets pour la sécurisation du transfert des véhicules d’occasion, il s’est d’abord engagé à rendre officiels les documents d’exploitations afin d’exercer légalement ses activités dans l’enceinte portuaire. Ainsi, il a jugé bon de s’adresser aux autorités compétentes dont le Chef de l’Etat qui a transféré le dossier à ses conseillers techniques. Selon Tony Adjovi, avec les rouages et les machinations dont il a été victime dans le secteur, il se sent lésé en tant que béninois. Il constate et démontre par ailleurs comment dans la gestion de cette filière, l’autorité de l’Etat est bafouée.

Par ailleurs fidèle à sa ligne de transparence, l’homme a fait d’importantes révélations sur la gestion de la filière d’escorte des véhicules et la complicité de l’alentour du pouvoir dans cette mauvaise gestion. Dans un langage direct, intrigues, coups bas, fourberies, mépris des règles légales au cœur de la filière ont été dénoncés.

Tout ceci soutenu par des menaces et intimidations en sa direction afin de le dissuader des actions contre les autorités qui constituaient les vrais handicaps pour le décollage de la filière. Preuve à l’appui avec énumération de noms des différentes personnes impliquées dans le dossier y compris des Conseillers techniques de Chef de l’Etat, Tony Adjovi a exposé sa mésaventure dans une filière qu’il a su initier. Mais des exemples comme celui de son aventure avec l’ancien ministre de transport maritime Issa Badarou, qui a été la cause du blocage ou du grand retard de l’autorisation de sa demande d’agrément, ont concouru à convaincre les auditeurs et téléspectateur sur la crédibilité des allégations de Tony Adjovi.

Mais ces différentes épreuves n’ont pas réussi à altérer le moral de l’homme qui continue de croire en la volonté du chef de l’Etat de faire de ce pays un Bénin prospère. Ainsi, armé de courage et sûr de sa vision pour les véhicules d’occasions, il espère d’un jour à l’autre une réorganisation du secteur afin d’assurer un meilleur rendement à l’économie béninoise. Pour lui, exercer son activité et payer ses taxes est la meilleure manière de contribuer à la construction de l’économie de notre pays qui est essentiellement basée sur la fiscalité.

Yannick SOMALON (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page