.
.

Le triomphe de la vérité

.

« Refondation » et nomination d’auditeurs internes dans les sociétés d’Etat :Boni Yayi met l’armée béninoise à l’épreuve


Vues : 16

Le Chef de l’Etat, Boni Yayi lance un défi à l’armée...

...que dirige le Chef d’Etat Major, le Général Mathieu Boni

Le dernier Conseil des ministres, en consacrant une dizaine d’Intendants militaires Auditeurs internes des sociétés d’Etat, relance et entérine une vieille perception du Chef de l’Etat Boni Yayi de la gestion des affaires publiques par l’armée. Le Chef de l’Etat Boni Yayi a depuis longtemps, et ceci dès son accession à la magistrature suprême, voué une admiration franche pour l’armée.

Une confiance entière aux hommes en uniforme vus par celui-ci comme le dernier rempart dans la lutte contre la corruption et pour la promotion des valeurs républicaines. Ce crédit dont jouissent les forces armées béninoises auprès du Chef de l’Etat, est perçu par beaucoup d’observateurs comme l’expression d’une nostalgie de la période révolutionnaire béninoise où l’influence militaire sur la vie civile et politique est remarquable.

 Un système de gouvernance qui aurait impacté foncièrement la conscience citoyenne du Chef de l’Etat. Alors, pour le Chef de l’Etat, l’armée apparaît comme cette partie de la société béninoise, qui conserve encore un brin de crédibilité et d’intégrité dans la gestion des affaires publiques et le respect de la chose publique.

Des résistances sous le changement

Sous le régime dit du « Changement » qui marque son premier quinquennat de gouvernance, le Chef de l’Etat a véritablement cru en une alchimie pouvant métamorphoser la société béninoise à partir de la composante Génie militaire de l’armée. Il y nourrissait une foi inébranlable en recourant constamment et presque instinctivement aux services des militaires durant son premier mandat. Une volonté qui ne s’est pas concrétisée sans heurt, quelques fois aux dépens du désir du Président de la République.

C’est ainsi que la décision du Chef de l’Etat Boni Yayi de confier à l’armée le transport du matériel électoral a essuyé un cinglant refus des membres de la Commission électorale nationale autonome (Cena) présidé par Antonin Akpinkoun. Tout comme le recours à l’armée dans le cas des grèves persistances des agents de l’hôpital Cnhu pour suppléer au personnel défaillant a soulevé une levée de boucliers dans le rang des centrales syndicales, l’initiative du Chef de l’Etat de faire concourir l’armée sur les marchés publics n’a pas prospéré face à la réaction des entreprises privées du secteur de Bâtiments et travaux publics.

Néanmoins, ces échecs relatifs n’ont guère émoussé la détermination du Chef de l’Etat, qui avec succès tout autant relatif, a pu réquisitionner le génie militaire dans la construction des centaines de salles de classe en matériaux provisoires dans les écoles primaires. De même, l’aboutissement de son projet de Service militaire d’intérêt national (Smin) qui enrôle des milliers de jeunes béninois pour un apprentissage de la discipline militaire et du sens de la république, constitue une preuve de la volonté de l’homme à instaurer dans les principes de gestion publique, les pratiques disciplinaires fondant les valeurs de l’armée.

A l’heure de la refondation !

5 ans après cette expérience aux résultats mi-figue mi-raisin, à l’heure d’un nouveau régime dit de la « Refondation », l’on s’aperçoit que cette perception du premier Magistrat de l’armée n’est altérée ni par le temps ni par l’exercice du pouvoir. Au contraire ! Par le truchement du dernier Conseil des ministres du 8 juillet 2011 et relatif à la nomination des Auditeurs internes au sein des sociétés d’Etat, l’on s’aperçoit que la confiance du Chef de l’Etat aux agents publics civils s’est davantage détériorée renforçant sa perception initiale qui érige le recours aux services militaires comme l’ultime rempart dans la bonne gouvernance.

 Ainsi, en procédant à la nomination d’Intendants militaires de 2ème ou 3ème classe voire des Intendants militaires Adjoints aux fonctions d’Auditeurs internes de grandes entreprises publiques ou semi-publiques, le Chef de l’Etat met l’armée à l’épreuve de sa propre crédibilité. C’est alors logiquement la dernière carte que Boni Yayi essaye de jouer dans la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance. Un défi qu’il semble lancer à l’armée dans le redressement d’une société béninoise en chute libre à propos des valeurs de bonne gouvernance et d’éthique dans la gestion des affaires publiques.

Le joker à l’épreuve

Mais en misant sur un Joker que représente l’armée, le Chef de l’Etat ne prend-t-il pas un grand risque en fondant tout son espoir d’une refondation sociale sur un corps de service ? Bien entendu que celui-ci n’étant lui-même pas plus qu’une émanation de cette même société. En effet, des intendants militants de 2ème ou 3ème classe ou des Intendants militaires Adjoints aux fonctions d’Auditeurs internes de grandes entreprises publiques ou semi-publiques face à des agents comptables rompus aux rouages et manipulations financières et comptables, les limites d’une telle option saute à l’œil.

 Ces agents militaires se verront bientôt à l’épreuve des audits, limités malgré toute leur bonne volonté. Ils seront face à leurs compétences intrinsèques d’auditeurs livrés aux roublardises des fraudeurs patentés. Ce qui peut laisser à leur actif des résultats désastreux qui soustrairont définitivement le Chef de l’Etat des illusions d’une armée « tout intègre » et incorruptible. D’ailleurs, des intendants militaires impliqués dans des dossiers de « corruption », l’histoire récente des affaires de corruption d’Etat sous le Général Kérékou I nous donne des cas.

Le recours à l’armée dans les sociétés d’Etat pour lancer la « Refondation » n’est forcément pas la panacée pour venir à bout de la mauvaise gouvernance et de la corruption. Néanmoins, il constitue en l’espèce, une belle épreuve de crédibilité pour l’armée Béninoise. Pour ce qui sera alors de l’avenir de cette armée dans ses implications dans la vie civile, il s’écrit dès cet instant.

Médard GANDONOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page