.
.

Le triomphe de la vérité

.

Stratégie pour rendre illégitime les grèves dans le secteur public:Boni Yayi oppose les agents publics aux populations


Alors qu’un vaste mouvement de débrayage pointait à l’horizon, le Chef de l’Etat Boni Yayi est monté au créneau ce lundi 13 juin 2011, pour s’adresser aux travailleurs du secteur public. Un discours direct, ferme, aux allures véridiques mais qui ne s’est pas privé, pour atteindre son objectif de désamorcer la grève projetée, de mettre face-à-face les travailleurs du secteur public en frondes et le secteur privé ainsi que les populations.

Ce discours extraordinaire et subit du lundi 13 juin 2011 face appel à la grève des syndicats de base de l’administration publique, ne voile relativement pas sa finalité. L’objectif est d’endiguer le vaste mouvement de débrayage annoncé. La pression de la communauté internationale sur le gouvernement béninois quant à la normalisation du ratio masse salariale/recette fiscale déjà passé à près de 50 % contre 35 % qui est la norme, ne laisse pas le choix au Chef de l’Etat.

Ainsi accéder aux menaces des travailleurs reviendrait simplement à se mettre en porte-à-faux avec ses engagements internationaux. Réussir donc à dissuader ces frondeurs qui poussent entre les doigts des centrales syndicales pour inonder la base de l’administration, constituerait une nouvelle confiance aux partenaires mais surtout un couloir vers la trêve sociale. Des objectifs qui justifient manifestement la posture et la forme empruntée par l’adresse du chef de l’Etat aux travailleurs.

Dans ce discours, plusieurs approches discursives ont été expérimentées pour convaincre les travailleurs grévistes à abdiquer. On y lire une stratégie de fermeté veloutée d’une apparence d’ouverture au dialogue caractéristique des Etats démocratiques responsables.

Mais on peut y voir aussi et surtout du cynique qui n’est pas à tous les coups une contre-valeur en politique. Le Chef de l’Etat en usant ou en abusant dans son adresse aux travailleurs du public, du cynisme a pu habilement opposer les agents du secteur public à ceux du privé ou même aux populations en général.

 Il les oppose sur le partage des ressources de l’Etat, en exposant les uns dans la posture des grands bénéficiaires des ressources publiques et les autres dans la pauvreté et la misère. Une juxtaposition des conditions de vie des composantes d’un même pays qui génère de la frustration et inspire révolte. C’est à la limite une logique insurrectionnelle stratégiquement manipulée par le pouvoir lui-même pour aboutir à l’isolement des 1% d’agents publics par rapport aux populations béninoises.

Et le discours prolifère de thèmes, expressions allusives qui prêtent à la création d’un climat d’illégitimité en défaveur des travailleurs de l’administration publique. On peut y lire « Le Bénin appartient à tous les Béninois et chacun a droit à une part de la richesse nationale… », « Il faut créer plus de richesses par notre travail, nos efforts soutenus et la promotion du secteur privé », «le Gouvernement ne saurait concéder la moitié de la richesse nationale aux seuls fonctionnaires qui ne représentent que 1 % de la population nationale privant ainsi la majorité de nos pauvres populations déjà écrasées par la misère du bénéfice de la richesse nationale à travers la réalisations des infrastructures communautaires dans les domaines de la santé, l’éducation, l’agriculture, les routes, les pistes rurales, l’eau potable et l’électrification rurale, etc… »,

« …Dans le contexte actuel de notre pays où plus de 50 % de notre population est constituée de jeunes sans emploi, l’on devrait privilégier l’investissement et la promotion de l’emploi décent au détriment de la consommation ». Et ce ne sont que quelques morceaux choisis dans ce discours qui tend durement à isoler la frange des agents publics de l’écrasante masse des autres composantes de la population. Ce faisant, le pouvoir vise à rendre illégitime les mouvements de débrayages afin de faire frapper les actions des agents publics du sceau de l’impopularité. Une approche peut-être légitime pour un pouvoir, qui ne justifie cependant guère les moyens utilisés.

Médard GANDONOU

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Stratégie pour rendre illégitime les grèves dans le secteur public:Boni Yayi oppose les agents publics aux populations

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page