.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec François-Constant Diogo, Ancien Directeur National de la BCEAO:« La Banque des Béninois de l’Extérieur est un bon projet»


Vues : 17

François-Constant Diogo, «Il y a encore de la place pour une banque des Béninois de l’extérieur»

En marge du symposium international sur le transfert des fonds des migrants tenu à Cotonou du 25 au 27 mai 2011, nous avons rencontré François-Constant Diogo, ancien Directeur National de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Actuellement, ce banquier chevronné dirige l’AIB (African Investment Bank). Il donne ici son opinion sur le projet de création d’une banque des Béninois de l’extérieur, projet qui constitue depuis quelques années une préoccupation phare pour le Haut Conseil des Béninois de l’Extérieur (HCBE).

L’Evénement Précis : Est-il possible de créer au Bénin une banque des Béninois de l’Extérieur ?

François-Constant Diogo: Je voudrais avant tout, vous remercier pour l’honneur que vous me faites en me tendant votre micro. Je dois vous dire que l’idée de créer une banque des Béninois de l’extérieur est à saluer.Mais vous n’êtes pas sans savoir que la création d’une banque doit se faire dans un cadre règlementaire précis en respectant un certain nombre de conditions préalables qui sont:

-un capital minimum,

-un partenaire technique de renom,

-une bonne équipe dirigeante, composée de professionnels de banque rompus à la tâche. Vous me permettrez d’insister sur ce dernier aspect qui, de mon point de vue me paraît capital.

Comment l’actionnariat pourrait-il se mettre en place ?

Cette question devra être plutôt posée aux promoteurs ; mais puisque vous demandez mon avis et que je ne voudrais pas esquiver la question, je pense que les promoteurs pourraient à l’issue d’une large campagne médiatique au niveau de la diaspora, faire verser les fonds par les futurs actionnaires dans des comptes ouverts auprès des banques de leurs pays de résidence. Après centralisation, ces fonds serviront à constituer le capital nécessaire à la création de la banque.

Que diriez-vous des immigrants au Bénin ?

Lorsque vous parlez d’immigrants au Bénin alors que nous traitons du cas de banque que pourraient créer les Béninois de l’extérieur, vous ne devriez pas à mon humble avis inclure cette catégorie de partenaires qui sont des résidents au Bénin sauf si vous voulez les associer à ce projet ; à ce moment vous pourriez dénommer votre banque « Banque des immigrants-émigrants ». Mais la Banque des Béninois de l’extérieur dont il est question ici, s’adresse me semble t-il auxBéninois résidents à l’extérieur.

Est ce que cette expérience marche ailleurs ?

Nous ne serons pas malheureusement pas les pionniers dans ce domaine ; d’autres pays ont déjà une avance sur le Bénin en la matière. Au Maroc et dans le Maghreb en général, les migrants ont leur banque à travers laquelle ils font transiter leur épargne destinée au financement de l’investissement. Aux USA, les ressortissants d’Amérique latine en font de même.

Que diriez-vous du rôle de l’Etat dans cette structure ?

L’Etat joue essentiellement un rôle de surveillance et de contrôle de l’activité bancaire. Vous n’êtes pas sans savoir que c’est l’Etat qui a délégué une partie de ses pouvoirs régaliens à la Banque Centrale. L’Etat donne l’agrément à la banque pour s’installer dés lors que toutes les conditions sont réunies.

Vous excluez que l’Etat ait une participation en tant qu’actionnaire ?

Il est souhaitable que l’Etat se désengage progressivement des activités bancaires en tant qu’actionnaire pour se consacrer à son rôle de contrôle. Si par extraordinaire, l’Etat doit participer à la création d’une banque, ce serait l’exception.

Est ce qu’une telle entreprise ne viendrait pas concurrencer les structures déjà en place ?

L’idée qui sous-tend la création de la banque des Béninois de l’extérieur est, me semble t-il, le financement de l’investissement. Je pense que si nous voulonsémerger, nous devons encourager toutes les structures s’intéressant à ce domaine d’activités. En effet, les banques existantactuellement dans nos pays, préfèrent accompagner en priorité le secteur tertiaire au détriment du primaire et du secondaire. Il y a encore de mon point de vue de la place pour une banque. La concurrence ne me semble pas être un handicap, elle a plutôt un effet positif ; je pense à la réduction des taux d’intérêt qu’elle peut engendrer. Nous devons encourager cette initiative.

S’il était question de dire un mot de fin à l’endroit des Béninois de l’extérieur, que diriez-vous ?

Me convier à participer au Symposium sur l’intégration des transferts de fonds des migrants dans les stratégies de développement au Bénin où il est question d’un projet de création d’une banque, dénommée banque des Béninois de l’extérieur ou Fonds d’investissement des Béninois de l’extérieur est une grande satisfaction pour moi.

Je dirai à l’attention des migrants que c’est une manière d’être acteurs du développement de leur pays tout en résidant à l’extérieur. Cet intéressement leur procure un sentiment de fierté et je voudrais à travers votre organe de presse leur adresser à eux tous, mes messages d’encouragement en les exhortant à contribuer activement à la réussite de ce projet.Le Bénin, a besoin de tous ses fils pour se développer et nul ne sera de trop.

Entretien réalisé par

Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Entretien avec François-Constant Diogo, Ancien Directeur National de la BCEAO:« La Banque des Béninois de l’Extérieur est un bon projet»

  1. houngnikpe

    Mr DIOGO Constant devrait de lui meme rectifier le titre que vous lui attribuez; il a ete Directeur de l’agence principale de Cotonou communement appele DAP et a ce titre,il lui arrivait d’assurer l’interim du Directeur national de la BCEAO en cas d’absence de ce dernier.
    Par ailleurs,les idees developpees, sont bonnes et tiennent la route.Mais tant que l’Etat n’est pas actionnaire majoritaire,il n’y a aucun mal a ce qu’il soit de la partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page