.
.

Le triomphe de la vérité

.

Colère des PTF face aux augmentations salariales:Grave crise en vue dans la fonction publique


Le chef de la délégation de l’Union Européenne au Bénin, Mme Françoise Collet

Les partenaires techniques et financiers du Bénin expriment ouvertement leurs inquiétudes sur la stabilité de l’économie béninoise. Ces deux dernières semaines, ils ont émis des signes qui ne trompent pas. C’est d’abord le nouveau Représentant Résident de la Banque Mondiale au Bénin, Monsieur Olivier Fremond reçu en audience le vendredi 27 mai 2011 par le Chef de l’Etat.

A sa sortie d’audience, il a indiqué avoir rappelé au Chef de l’Etat que le Bénin devrait faire l’effort de réduire sa masse salariale. Selon lui, le Bénin doit désormais faire des investissements structurants dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. Et dans ce sillage, il a fait part de l’impossibilité pour notre pays d’allouer une part plus importante aux salaires.

Une augmentation salariale

Lors des négociations gouvernement-syndicats du 14 au 21 avril dernier, les deux parties ont signé un protocole d’accord octroyant aux fonctionnaires du ministère des finances une augmentation salariale de 25% correspondant à 1.25 du point d’indice. Il s’agissait pour le ministre du plan devenu premier ministre au remaniement du 27 mai dernier, de calmer les grèves cycliques du ministère des finances. Mais la mesure est prévue pour être généralisée à toute la fonction publique, selon le protocole d’accord signé le 21 avril dernier.

 Mais le 26 mai, le chef de la délégation de l’Union Européenne au Bénin, Mme Françoise Collet, a tiré sur la sonnette d’alarme : « Cette mesure d’augmentation des salaires aux fonctionnaires béninois risque d’éloigner encore plus le ratio masse salariale sur ressources fiscales du Bénin, actuellement de l’ordre de 48%, de celui préconisé par l’UEMOA (35%) », a-t-elle dit.

S’exprimant à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la revue sectorielle des Finances publiques du Bénin, elle a estimé que « derrière cette question qui peut paraître dogmatique, se cache les véritables enjeux de choix politiques. » Son cri d’alarme s’exprime à travers des interrogations qui sonnent comme des menaces: « Dans un contexte de ressources limitées, quelle part on doit consacrer à l’investissement en vue du développement et d’une croissance pro-pauvres? Quels choix restent à disposition si les marges sont déjà absorbées par le seul budget de fonctionnement? ».

 Avec la hausse actuelle des salaires, les observateurs prévoient qu’au moins 53% des recettes fiscales du Bénin seront consacrés désormais à la masse salariale des 83000 fonctionnaires béninois. Ce dépassement des critères de convergence de l’UEMOA induit des conséquences sérieuses, ne serait-ce qu’au plan des relations entre le Bénin et ses partenaires financiers et techniques.

Un risque immédiat : le FMI

Dans une correspondance datant du 31 janvier 2011, le ministre des finances Idriss Daouda avait promis au Fonds Monétaire International (FMI) que le Bénin s’engage à maîtriser ses dépenses salariales afin de continuer à bénéficier du programme appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC), approuvé par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) le 14 juin 2010. Dans cette lettre d’intention, le Bénin a sollicité un important appui budgétaire, s’engageant à respecter les conditionnalités requises.

Celles-ci sont essentiellement appuyées sur la lente reprise de l’économie béninoise qui a enregistré en 2010 une très faible croissance. Dans une étude datant de mars dernier, le FMI a noté : Les perspectives économiques à court terme sont moins favorables que prévu […] Selon les projections, le PIB réel devrait donc augmenter de 3,4 % en 2011, soit en deçà du taux de 4,4 % prévu dans le programme. »

Dans le même temps, selon la Banque Mondiale, la croissance des pays d’Afrique noire devraient connaître une croissance économique moyenne de 5% en 2011…. Le FMI a alors mis en garde contre l’évolution incontrôlée de la masse salariale qui ne permettrait pas d’effectuer des investissements productifs. Selon ses statistiques, , la masse salariale augmente en moyenne de 14,7% par an depuis 2007, contre 9,6% les années précédentes.

Les fonctionnaires de 24 ministères réunis dans une Coalition des organisations syndicales de l’administration publique (Cosynap), et s’estimant non pris en compte dans le décret octroyant les 25% d’augmentation aux agents du ministère des finances, ont effectué la semaine dernière un débrayage de 48 heures.

Il s’agissait d’une grève d’avertissement qui annonce la levée de bouclier des syndicats prêts à obtenir coûte que coûte l’élargissement de la mesure à toute la fonction publique. Selon un économiste, cette éventualité pourrait bien obliger les bâilleurs de fonds à suspendre certains programmes pour contraindre le pays à discipliner ses dépenses salariales. Le pire est donc à craindre.

Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Colère des PTF face aux augmentations salariales:Grave crise en vue dans la fonction publique

  1. Sênami Parfait

    Tres cher Allotchémê,
    C’est le lieu de te félicitér pour ton article pertinent. Aucune opération rationnelle ne peut expliquer cette augmentation. Et la réponse est toute trouvée! Vous semblez oublier la sagesse de Kérékou: “Je prends des riches pour donner aux pauvres”… Vous comptez sans l’argent de la drogue, des trafiques illicites et meme du pétrole! Remontez un peu à loisir aux sources de l’affaire ICC-Services. Vous verrez bien que c’est un réseau international bien structuré. Pourquoi cède-t-on notre port à la France? Mais ce sont eux qui garantirons à Boni quelque soient les désastres économiques les financements internationaux! En bref mon cher ami, nos responsables d’aujourd’hui ont réussi à perser les réseaux qu’il faut pour se permettre de jouer avec les instutions financières traditionnelles.Cette morale ascétique que décrivait Weber dans “Economie et Société” est révolue. Dites-moi comment YAYI a pu obtenir cette indifférence à l’appel de l’opposition. C’est que lui au moins il partage tout, même ce qu’il n’a pas.C’est l’heure de la prospérité partagée dans le paradis de la Refondation mon cher. Pense aussi à ta part. Il n’y aura pas de compte rendu à la fin mais plutôt une nouvelle refondation!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page