.
.

Le triomphe de la vérité

.

Facilitation des échanges commerciaux entre producteurs agricoles africains:Des agroéconomistes installent les TIC au cœur du développement du secteur agricole


Vues : 1

Le professeur Anselme Adégbidi (à l’exême droite) et son équipe

Conçu et conduit par le groupe de chercheurs agroéconomistes africains, le projet e-ARN entre enfin dans sa phase active. Après une étude faite sur l’impact des Nouvelles technologies de l’information et de la communication sur les producteurs agricoles béninois des régions de Dassa et de Glazoué, la coordination de la section béninoise du projet conduite par le Professeur Anselme Adégbidi a présenté hier ses résultats aux Experts pour recueillir leurs commentaires et les éventuelles recommandations. C’était à l’Infosec de Cotonou.

A l’analyse, il ressort que la plupart des initiatives NTIC prises par les chercheurs n’ont impacté en réalité que les commerçants agricoles et non directement les producteurs. Or, le but du projet e-ARN, c’est de permettre aux producteurs, d’avoir accès à l’information où qu’ils soient afin de pouvoir s’informer de façon régulière sur le coût des produits sur les différents marchés africains, de pouvoir réduire certains déplacements inutiles et de connaître tous les marchés africains dans lesquels ils pourraient valablement faire couler ses produits.

Pour s’inscrire donc dans la droite ligne du projet et impacter réellement les concernés avec les NTIC, notamment les téléphones portables, les Experts ont fait quelques recommandations visant à dynamiser les initiatives déjà engagées et regroupées par la Coordination de la section béninoise du projet. Parmi ces recommandations, les participants à l’atelier de restitution qu’il faille désormais travailler à engager les initiatives liées à l’usage des NTIC directement avec les producteurs en vue de les s’y éduquer pour atteindre la cible visée par le projet.

La problématique de l’indisponibilité de l’énergie et des services après vente a été également relevée, toute chose qui constitue de véritables soucis pour la concrétisation du projet. Car, le producteur bien que disposant du téléphone portable, peut se confronter au problème d’énergie pour la recharge de la batterie de son appareil.

Pour éviter cette situation, les Experts ont recommandé aux gouvernants d’œuvrer à alimenter toute l’étendue du territoire national en énergie électrique. Dans cette même logique, ils ont recommandé aux gouvernants nationaux et régionaux, le financement d’une équipe de chercheurs pour l’invention des panneaux solaires réellement adaptés à l’Afrique.

L’autre constat fait par les Experts, c’est que pour se convaincre de la qualité des produits, les producteurs ou commerçants agricoles sont contraints de se déplacer d’une région à une autre pour toucher du doigt le produit à commercialiser, ce qui leur impose des pertes de temps et d’énergie inutiles.

C’est pour corriger donc cette situation qu’ils ont alors recommandé la normalisation des produits agricoles étant donné qu’elle constitue d’ailleurs un bien public. Il faut dire le projet est conduit par l’ensemble des chercheurs des 5 pays comme le Ghana, le Kenya, le Malawi, le Madagascar, l’Ouganda et le Bénin. Le coordonnateur général est un Kényan.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page