.
.

Le triomphe de la vérité

.

Présentation de vœux à la mairie de Cotonou : Armand Zinzindohoué, l’invité surprise


Il sonnait environs 15 heures 30 lorsque le président Léhady Soglo, premier adjoint au maire de Cotonou fit son entrée dans la maison du peuple de Wologuèdè pleine d’agents de la mairie venus présenter leurs vœux aux autorités de la ville.

Comme s’ils attendaient la fin du discours du maire pour faire leur entrée dans la salle, le premier adjoint au maire, Léhady Soglo et sa suite ont été accueillis par un tonnerre d’applaudissements. Plusieurs invités ne comprenaient pas pourquoi il fallait se lever pour saluer l’entrée du premier adjoint alors que le maire était déjà là. Mais c’est qu’en réalité Léhady avait à ses côtés un ancien baron du régime du changement, le très populaire ministre de l’Intérieur Armand Zinzindohoué.

A leurs côtés se trouvait Monsieur Luc Atrokpo, maire de la ville de Bohicon et membre influent de la Renaissance du Bénin. Avec son sourire légendaire, le ministre Armand Zinzindohoué a savouré le bain de foule avant de s’asseoir aux côtés du président Nicéphre Soglo. Le suspense n’a pas trop duré longtemps et c’est le premier adjoint au maire de Cotonou, le président Léhady Soglo qui a pris la parole pour présenter l’invité surprise.

« Je me suis permis de demander à un homme qu’on ne présente plus de venir se joindre à notre fête. Je veux parler de Son Excellence Monsieur Armand Zinzindohoué. Monsieur Zinzindohoué est  un frère qui vient présenter ses vœux à notre cher papa, le Président Nicéphore Dieudonné Soglo. Je ne voudrais pas vous priver d’entendre le Ministre Zinzindohoué présenter ses vœux à notre cher papa. C’est pour cela qu’il est aujourd’hui parmi nous.  Je voudrais aussi souligner que nous autres nous n’oublions jamais nos frères et nos sœurs.» C’est par ces mots que le premier adjoint au Maire de Cotonou a introduit le ministre Armand Zinzindohoué sous un tonnerre d’applaudissements. 

« Je voudrais avec beaucoup de respect, beaucoup de déférence, présenter mes vœux de bonne et heureuse année au Président Dieudonné Soglo, ancien chef de l’Etat, Maire de la ville de Cotonou et notre papa. Au président  Léhady Soglo, président de la Renaissance du Bénin, premier adjoint au Maire de la ville de Cotonou.  Mes vœux  sont des vœux de bonne santé, de paix et de joie profonde. Que par la grâce de Dieu, le Président Soglo continue toujours d’être pour nous un exemple de sagesse, un exemple d’homme de défis, un exemple d’homme de courage, un exemple d’homme de pardon.

Je présente tous mes vœux aux autres adjoints au maire, à tout le personnel, mes vœux de bonne et heureuse année ».

Ces propos ponctués d’ovations ont été suivis par la réponse du Maire de Cotonou qui a beaucoup apprécié la démarche du Ministre Armand Zinzindohoué pour dire que « nous sommes tous enfants de ce pays. Nous avons un devoir de responsabilité à l’égard de la jeune génération.»

« Je crois, a-t-il poursuivi que c’est dans le dialogue, le don de soi que le pays peut se bâtir. » Et se référant, à la situation qui prévaut dans la sous-région, il conclut : «  nous avons la capacité de régler nos problèmes politiques. Nous sommes heureux d’accueillir le ministre. C’est de cette manière que nous pouvons bâtir notre pays et l’Afrique de nos rêves. » Il a enfin souhaité la bienvenue au ministre avant de conclure : »je pense que beaucoup nous rejoindront. »

Notons que les conseillers FCBE ont boycotté la cérémonie de présentation des vœux au maire et n’ont pu assister à l’évènement.

Après ces allocutions, le ministre Zinzindohoué a remis un cadeau au Président Soglo avec qui il a échangé longuement et un autre à son premier adjoint.

A la fin de la cérémonie, Zinzindohoué est devenu l’attraction du moment. La joie se lisait sur le visage de chefs d’arrondissements, des conseillers municipaux présents et des militants de la Renaissance du Bénin qui, s’ils ne l’ont pas exprimé, sont heureux d’avoir pêché un aussi gros poisson.

Cette sortie de Zinzindohoué suscite cependant un questionnement. Que vaut-il aujourd’hui politiquement  et que peut-il apporter à l’opposition? S’il drainait des foules d’évangéliques attachées au président Yayi Boni, tel n’est plus le cas aujourd’hui. Maintenant, qu’il a basculé dans le camp de l’opposition, il n’est pas certain qu’il soit encore accepté par ses frères évangéliques qui n’apprécient pas son revirement politique. Tout ce qu’il peut faire avec l’opposition, c’est de filer quelques informations sur les failles du système du changement. Mais s’il réussit à le faire aujourd’hui, il le fera demain car on ne peut pas totalement faire confiance à un homme sans conviction politique.

Le président Léhady Soglo vient ainsi de marquer un second point après avoir réussi  à conduire son parti à Un et à faire accepter la candidature de Me Adrien Houngbédji par la RB. Son mérite est d’avoir réussi à avoir avec lui le ministre de l’Intérieur le plus populaire et le plus « loyal » de Yayi Boni, emporté par l’affaire ICC Services.

WANDJI A.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page