.
.

Le triomphe de la vérité

.

Après son limogeage, Bernard Hounnouvi contre-attaque: ” Je demeure jusqu’à nouvel ordre le Directeur Exécutif de la fédération béninoise de football”


Vues : 3

La fédération Béninoise de Football est sur le point de s’enliser dans la crise qui est née en son sein le lundi 20 décembre 2010.  Après la démission de douze des quinze membres de la fédération, ses affaires courantes devraient être gérées par le Directeur Exécutif.  Aussi doit-il  convoquer dans les délais raisonnables de deux mois une assemblée générale extraordinaire élective. C’est du moins ce que prévoient les textes de la fédération Béninoise de football. Mais le président du bureau exécutif dont les 4/5 des membres ont démissionné ne l’entend pas de cette oreille. Anjorin Moucharaf a en effet limogé le mercredi le directeur exécutif de la FBF. Voici la réaction de ce dernier sur les antennes de Radio Univers, la station universitaire d’Abomey – Calavi hier jeudi 23 décembre dans le journal parlé de 13 heures.

RU : Etes-vous surpris par cette décision ?

BH : je dois dire que ca m’a surpris parce que moi je pensais que le monsieur connaissait les textes qui régissent la fédération béninoise de football et j’ai malheureusement constaté que le président n’a pas maitrisé ces textes et il est passé à côté pour moi.

RU : Es-ce à dire qu’il n’y a aucun instrument juridique qui permet au président de vous limoger ?

Aucune disposition des statuts de la fédération béninoise de football ne lui donnent ce droit parce que dans les  textes de la Fédération Béninoise de football, le président est seule personne à proposer à la nomination ou à la révocation du Directeur. Donc ce n’est qu’une proposition qu’il peut faire au comité exécutif et conformément aux dispositions 35.1 des statuts, le comité exécutif procède à la nomination. Maintenant s’il est à révoquer, le président propose la révocation toujours au comité exécutif qui procède à cette révocation. Donc c’est ce qui est prévu clairement dans les statuts de la fédération béninoise de football. Cet acte que le président a posé de façon unilatérale est contraire à ces statuts et je demeure toujours jusqu’à nouvel ordre le Directeur Exécutif de la fédération béninoise de football.

Et dans ce cas comment comptez-vous le faire savoir aux Béninois ?

J’ai déjà répondu puisque j’ai reçu la lettre du président par voie d’huissier, j’ai répondu également par voie d’huissier pour lui notifier qu’il faut qu’on se conforme aux dispositions statutaires et que le poste de Directeur Exécutif ; ce n’est pas un poste simple à la fédération, c’est un poste statutaire. Donc en prenant les statuts comme tels il ne revient pas au président de révoquer tout comme si c’est un agent simple qu’on a recruté. Donc je lui ai envoyé déjà la réponse et par certains intermédiaires je suis entrain d’informer la population comme ca et peut-être dans les jours à venir, remettre au besoin aux médias, la lettre qu’il m’a envoyé et ma réponse à publier par les presses qui veulent bien le faire.

Parlons à présent du fonctionnement et des activités courantes de la FBF, es-ce qu’il aura des impacts sur les sélections nationales ?

Non pas du tout en principe il n’y a aucun problème  parce qu’il y a un entraineur qui a été recruté et qui a déjà prévu un regroupement du 17 au 24 janvier prochain donc vous comprenez qu’il n’y a pas de blocage à ce niveau là. Donc conformément aux dispositions de l’article 41 c’est dans un intervalle de deux mois je dois forcément convoquer une assemblée générale pour mettre en place un nouveau bureau surtout qu’avec les échéances prochaines nous avons un grand match contre la Cote d’Ivoire en Mars.

Parlant de ce match  qu’en est-il du nouvel entraineur  Dénis Goavec ?

Ce dernier a signé son contrat avec le président de la fédération Monsieur Anjorin Moucharaf le samedi dernier, et à l’heure qu’il est, il est en possession de son contrat. Il a fait juste un tour pour aller en famille, il revient début Janvier.

La CAF et la FIFA sont intraitables  avec les fédérations  nationales en cas d’ingérence de l’Etat. Dans le cas où nous nous trouvons si le président Anjorin ne voudrait pas entendre raison, est-ce que ces deux instances peuvent intervenir pour régler ce différent ?

Ce sont  les instances faitières du football. Elles ont été régulièrement saisies. Si elles ne réagissent pas nous dans tous les cas nous avons notre assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir conformément à notre disposition statutaire qui va mettre en place nos structures surtout que ces textes sont validés au niveau de la CAF et de la FIFA ca veut dire que ses dispositions sont valables. Maintenant conformément aux dispositions de l’article 41 on va mettre en place un nouveau bureau, maintenant ils vont réagir bon on verra quelle réaction ils vont bien avoir.

Votre mot pour clore cet entretien

Je voudrais donc que les choses se règlent et se passent conformément aux textes parce que si les choses ne se passent pas bien ce serait un grand tort qu’on aurait fait à la jeunesse et aux footballeurs.

 

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page