.
.

Le triomphe de la vérité

.

Selon le Superviseur général de la Cps Lépi, Arifari Bako : «La Lépi sera prête avant fin décembre 2010»


Vues : 1

Le superviseur général de la Commission politique de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cps-Lépi) a fait hier le point des différentes actions menées par son institution. Au nombre des points développés par l’Honorable Nassirou Arifari Bako lors de ce débat télévisé d’une heure trente minutes, il y a fondamentalement les différents problèmes soulevés par les membres de l’Union fait la nation par rapport à la phase d’enregistrement des données biométriques actuellement en cours, les mesures prises par l’institution pour sécuriser non seulement les lieux d’enregistrement, mais également les données informatiques, la réalisation de l’opération à bonne date et enfin les garanties prises par la Cps-Lépi pour assurer la fiabilité de la Lépi.

La Lépi disponible pour 2011 ?

Sur cette interrogation qui hante tous les esprits, le superviseur général de la Cps-Lépi s’est montré très rassurant. Pour Arifari Bko, il n’y a pas de doute. « La Liste électorale permanente informatisée sera prête avant fin décembre 2010 », a certifié l’homme. D’ailleurs, c’est désormais un challenge pour lui d’apprêter cet instrument de développement avant la fin du mandat de l’institution chargée de sa coordination qu’il dirige. En dépit des contraintes liées à la dernière phase de l’opération,  le superviseur général rassure que toutes les difficultés seront aplanies et que la Lépi sera bel et bien disponible au plus tard le 31 décembre prochain, donc trois mois environ. La liste servira-t-elle aux  consultations électorales de 2011 ? A cette interrogation, Arifari Bako s’est montré clair. Pour lui, nulle part dans la loi instituant la réalisation de la Lépi, il n’a été mentionné une quelconque date pour l’usage de la Lépi. La question, à son avis serait tranchée par l’Assemblée nationale et la Cour Constitutionnelle en temps opportun.

Allons-nous désormais vers une Lépi consensuelle ?

Pour l’Honorable Arifari Bako, il appartient aux  observateurs d’apprécier l’évolution de la situation. Mais il se montre fier d’une chose. C’est que désormais, tous les acteurs de la classe politique se sont mis dans la danse. Il donne pour preuve, les diverses visites de contrôle des membres de l’Union fait la nation et celles de la mouvance présidentielle à la Cps-Lépi et au centre de traitement des données biométriques au centre international des conférences de Cotonou, leur descente dans les différents centres d’enregistrement retenus pour l’institution pour opérer des constats de mauvais dysfonctionnement pour en informer la Cps pour les différentes corrections et également les multiples séances d’échange tant avec les membres de l’opposition que ceux de la mouvance présidentielle. Ce sont pour lui, de très bons signes qui laissent bien entrevoir une ambiance positive autour de l’opération.

Des garanties pour la fiabilité de la Lépi

L’autre préoccupation qui trotte l’esprit des Béninois, c’est bien la question de la fiabilité ou non de la Lépi. Abordant la question, Arifari Bako rassure une fois encore tout le peuple béninois pour qui il dit être en mission, une mission qu’il n’entend nullement trahir. Il invite les uns et les autres à compter sur sa bonne foi et sa détermination à accomplir les différentes actions dans l’intérieur supérieur de la nation sans privilégier quelque bord que ce soit. Outre ses garanties personnelles, le superviseur général a également mentionné quelques garde-fous pris par le législateur dans la loi instituant la Lépi. Au nombre de ceux-ci, on peut citer le contrôle des recensements opérés sur témoignages à la phase d’enregistrement. Ainsi, selon les explications du superviseur général, le jour de l’enregistrement, il est fait obligation à toute personne recensée de se présenter personnellement au lieu d’enregistrement. Là, l’enregistrement se fera de façon contradictoire en présence des opérateurs kits, le Chef quartier qui pourra certifier l’identité de la personne à enregistrer ou la contester tout comme les représentants des partis politiques qui sont également autorisés à s’inviter sur les lieux de l’opération. Outre ces mesures, la loi impose aux opérateurs kits, l’affichage systématique de la liste des enregistrés au lieu d’enregistrement, ce qui pourra permettre à toute personne de contester l’identité de telle ou telle autre personne qui lui paraît suspecte. Au-delà de tout ceci, Arifari Bako mentionne que la  loi a également prévu l’affichage de la Liste électorale informatisée provisoire (Léip) dans tous les arrondissements du pays, toute chose qui pourrait permettre aux uns et aux autres de s’informer sur les enregistrés et dénoncer éventuellement les cas de fraudes. Il faut noter que les opérations d’enregistrement concernent exclusivement  les Béninois de 12 ans et plus. Ils sont au total environ 5 Millions 800 Mille.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page